Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

mercredi 6 novembre 2013
par Soyouz

Doctor Who Experience


Ah, Cardiff !!! Ses pubs, son Millenium Stadium, son rugby, son parc bien vert toute l’année, son château, ... son Docteur ! En effet, si vous ne le saviez pas, Doctor Who est né au Pays de Galles puisque c’est dans la capitale galloise que sont tournés les épisodes de la série télévisée actuelle (si vous regardez bien le générique, vous verrez « BBC Wales »). Même si des exhibitions ont eu lieu en plusieurs endroits du Royaume-Uni depuis de nombreuses années, c’est à Cardiff Bay (zone très prisée de la ville avec notamment l’été des attractions temporaires) qu’est construit le bâtiment pour accueillir durablement le Doctor Who Experience depuis juillet 2012 après un passage temporaire à Londres.

(JPEG)

Le site se situe en bordure de Cardiff Bay et on peut le rejoindre rapidement par tout type de transport : le train, la voiture, le bus, le vélo (pour l’avoir testé, la ville est bien adaptée aux deux roues et il y a beaucoup d’emplacements réservés aux vélos et même devant le DW Experience et ils n’empiètent pas sur les parkings de voiture. Et avec le soleil, c’est encore mieux !) et même le bateau (le ponton de débarquement est juste à côté).

En entrant dans le bâtiment, le générique de la série télévisée vient directement aux oreilles, ponctué de quelques « exterminate » d’un Dalek se trouvant à proximité du guichet (avec quelques autres sujets d’occupation visuelle). Après avoir payé vos 15 livres, la file d’attente vous permet d’observer quelques jolies fresques murales présentant des ennemis du Docteur. Puis arrive l’heure de la visite ...

(JPEG)

On s’introduit alors dans une sorte de musée du futur, avec un guide sur écran et déjà quelques indices montrant bien que nous sommes dans l’univers du Seigneur du Temps. Après avoir donné quelques informations et explications sur certains objets, le 11ème Docteur s’impose sur les écrans, très excité et visiblement dans une situation peu enviable. Vous voilà donc embarqués dans une aventure où vous libérerez votre héros préféré !

Cela parait évident, mais vaut-il mieux le préciser : il est nécessaire de maîtriser la langue de Shakespeare pour comprendre correctement ce qui se passe dans chacune des pièces que vous allez traverser. Les sous-titrages et les casques audio avec traduction ne sont pas prévus au programme et l’acteur Matt Smith, met tant d’énergie dans son rôle, que le flot de parole l’est tout autant. Par conséquent, la description réalisée ci-dessus n’est sûrement pas exempte d’erreurs d’interprétations.

(JPEG)

Néanmoins, cela n’empêche pas d’apprécier la visite/aventure, où l’on passe de scène en scène par d’amusantes portes dérobées, avec des décors rappelant évidemment ceux de la série, où l’on est parfois soi-disant acteur (vous avez déjà rêvé de conduire le Tardis ? Ou du moins, de faire semblant ?) ou bien attaqué par des Daleks hurlant leur célèbre « exterminate, exterminate », ou encore en plein milieu de l’univers (avec un vraie utilisation des lunettes 3D).

On ressent une légère déception quand on ressort de la demi-heure de voyage. Mais c’était sans compter sur la deuxième partie du Docteur Who Experience. A la sortie, se trouve un grand espace, organisé en deux étages :
- au premier, on y trouve les intérieurs et extérieurs des Tardis, les costumes des 11 avatars du Docteur, les différents tournevis soniques et autres instruments, etc ...
- au second, une immense galerie d’ennemis du Docteur (beaucoup des 10ème et 11ème), des costumes, des mannequins de plusieurs de ses nombreux compagnons, des photos, des reportages (notamment un montrant Matt Smith apprenant les différentes fonctions du Tardis - rien n’est laissé au hasard), un mur de logos, etc ...
Il est très facile de rester dans cette partie au moins une heure ou deux [1], tant il y a voir, avec une foule de détails. On a l’impression d’être de grands enfants devant des jouets géants (et je ne vous raconte pas tout). Prévoyez donc quelques kilooctets dans l’appareil photo.

(JPEG)

Enfin, on termine par la traditionnelle boutique de souvenirs, avec ses livres, ses DVD, ses figurines de toutes tailles et à tous prix, ses vêtements, ses mugs (dont un superbe en forme de Tardis).
Dommage que la sandwicherie ne joue pas le jeu et ne fasse pas un burger-Dalek, un Carrot-Tardis ou encore un Coke Who. Juste pour le clin d’œil au fan, qui en aura quand même pris plein les mirettes et qui ressortira forcément avec un large sourire !

(JPEG)

[1] Pour l’anecdote, on demanda au réceptionnaire de l’hôtel où je logeais combien de temps durait la visite, il s’exclama avec un grand sourire une certaine excitation (en anglais dans le texte) : « on y reste le temps qu’on veut : deux, trois ou quatre heures. J’y suis déjà retourné trois fois depuis l’ouverture ».

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 899 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/