Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

Steed and Mrs Peel #01-04 : Le jeu d’or


mercredi 6 novembre 2013
L'avis de Kab


(JPEG) Les services secrets britanniques sont sens dessus dessous. Il y a des fuites au plus haut niveau. Tara King attend l’amiral Fanshawe dont le service est principalement concerné. Ce dernier promet une enquête. Malheureusement pour lui, il finit au fond de la tamise et la jeune associée de John Steed a disparue. Ce dernier est d’ailleurs convoqué par Mère-grand car c’est le seul en qui on a encore confiance. Tous les autres sont considérés comme des taupes potentielles.
Pour l’aider dans son enquête, notre agent fait appel à une vieille connaissance, Mrs Peel. Ils se retrouvent à l’enterrement de l’amiral puis se rendent dans sa demeure qui est très excentrique et mélange ses deux passions, les jeux de société et les bateaux. Ils trouvent une vague piste en la personne de Doris Storm. Emma va à sa rencontre tandis que John se rend dans le club de jeux fréquenté par Fanshawe.
Mrs Peel ne parvient à parler à Doris car cette dernière meurt tuée par une infirmière qui au lieu de lui prendre du sang lui injecte un produit mortel. La jeune femme aux bottes de cuir parvient tout de même à soutirer une vague information à Doris.
Notre héros au chapeau melon se rend devant le club et comprend rapidement qu’y entrer est difficile. Le portier est assez difficile à contourner. Steed peut compter alors sur sa chance légendaire car un certain Mr Bird arrive et lui permet d’entrer. Le nouvel ami de notre agent secret lui donne rendez-vous un peu plus tard dans la soirée après l’enterrement de Doris Storm.

(JPEG) Tout comme Emma Peel avec Doris Storm, Steed voit son informateur mourir sous ses yeux. Ce dernier à pourtant le temps de lui citer un vers de Mirliton.
Le lendemain, John montre à Emma un livre qu’il a reçu au courrier la semaine dernière et auquel il n’avait prêté qu’une attention toute relative. Ensemble nos deux héros commencent à mettre en place les différentes pièces du puzzle. Tout semble les ramener à chaque fois au club de jeux, le club Palamede.
Steed qui a été parrainé par feu monsieur Bird, continue son investigation en en devenant un membre. Son initiation sera des plus ardues tandis que Mrs Peel continue de résoudre les énigmes du livre de John.

(JPEG) Grant Morrison est un scénariste appartenant à la vague anglaise. Comme de nombreux collègues, il a commencé en Angleterre sur des comics tous différents. The Avengers (en français Chapeau melon et bottes de cuir) est une série télé mythique des années soixante, mélangeant habilement intrigue policière, espionnage, délires psychédéliques, science-fiction et humour, de nombreux thèmes qu’affectionne notre scénariste. Il était donc normal de le retrouver sur cette série au début de sa carrière (j’entends par là qu’il n’avait pas encore commencé à travailler aux USA).
Durant ce court arc, Morrison ramène Mrs Peel à la place de Tara King qui ne fait qu’une rapide apparition. Grant semble bien connaître la série télé car la complicité naturelle entre Steed et Peel est très présente comme leurs dialogues souvent à double sens (par exemple lorsqu’ils se retrouvent et que Steed demande des nouvelles du mari d’Emma et que cette dernière lui parle de sa manière de touiller le thé). L’intrigue est typique de la série avec une histoire un peu extravagante où se mélangent l’espionnage et les jeux de société qui deviennent mortels. Le jeu de piste est bien mené quoi qu’un peu basique. Le chemin est un peu trop balisé même si certaines surprises surviennent en cours. Comme à son habitude, il y a de nombreux indices souvent visuel ou textuels qui peuvent amener le lecteur à la conclusion de manière plus rapide. Pourtant, on en est pas encore au niveau auquel il exerce maintenant.
L’intrigue est condensée même si je pense qu’aujourd’hui, il la rendrait un peu plus courte car ça m’a semblé un poil long par moment. Les thèmes principaux de Morrison ne sont pas encore bien présents et il s’agit plus d’un travail de commande de la part du scénariste écossais qui se fait tout de même plaisir.

(JPEG) Au dessin, c’est Ian Gibson qui assure dans un superbe style. Les personnages sont très bien retranscrits et on ne peine pas à savoir qui est qui. Le dessinateur anglais est très à son aise et ses dessins sont très beaux. Il est cependant dommage que certains visages soient un peu trop figés et que sur certaines planches, le trait manque un peu de densité.

L’édition française faite par Soleil est très sympa. Ces derniers ont privilégié le noir et blanc alors que la version initiale est sortie en couleurs. Je trouve ça un peu dommage car parfois l’absence de couleur renforce quelques défauts du dessinateur. La version choisie m’a aussi fait tiquer. On a préféré la version ressortie par Boom studio qui comporte un numéro de plus plutôt que l’original sortie en trois. Ce sont de micros détails, rien de bien perturbant et l’album en lui même est de très belle facture avec sa couverture rigide faite spécialement pour la France si j’en crois mes quelques recherches.

Une histoire très agréable que tout complétiste de Morrison se doit d’avoir ainsi que tous les fans de Chapeau melon et bottes de cuir. Les autres, je vous conseille vivement d’y jeter un oeil car vous pourriez bien l’acheter très facilement.

Parution française dans Chapeau melon & bottes de cuir, aux éditions Soleil.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 604 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/