Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

The Twelve #1/2 : Fiery Mask, Mr E & Rockman


lundi 1er juillet 2013
L'avis de Christophe Colin


Marvel Comics.

(JPEG) A tout seigneur, tout honneur et vu qu’il a la place la plus importante sur la couverture, ce numéro débute par deux aventures du Fiery Mask par Joe Simon au scénario et au dessin. Tirées de Daring Mystery Comics #01 et de Human Torch #02, nous assistons ici aux premiers exploits de Jack Castle, un jeune médecin aidant la police. Capturé par un méchant, il subit les effets d’une machine hypnotique transformant les gens en zombie. Grâce à sa force de caractère, il résiste et reçoit les pouvoirs du vent, de la pluie et de la tempête. Faisant chacune dix pages, ses deux récits d’aventure se laissent lire et restent de bonnes histoires d’un autre temps loin de la décompression et des effets de styles actuels.

Mr E entre ensuite en scène dans une enquête tirée de Daring Mystery Comics #02 par le scénariste Joe Cal Cagno et le dessinateur Al Carreno. E est confronté au Vampire, un méchant qui fait chanter un industriel pour obtenir une rançon mais le héros veille et va se sortir de tous les pièges qui lui sont tendus. Très classique, il n’en reste pas moins satisfaisant bien que le méchant ait pu tout aussi bien s’appeler le loup-garou ou le fantôme car il n’est en rien un suceur de sang surnaturel.

Ce comic-book s’achève par deux aventures du Rockman, originellement publiés dans U.SA. Comics #02 et #03. Le premier est l’oeuvre de Basil Wolverton au scénario et au dessin et le deuxième est écrit par Stan Lee et mis en images par Charles Nicholas. Rockman affronte Zombo, un télépathe équipé d’un sous-marin et l’armée du peuple des Pixies qui a enlevé une belle princesse. Souverain d’un monde souterrain, le héros fait appel à son armada de machines forant le sol pour se sortir de grands périls. Wolverton a un style graphique très inhabituel, ce qui rend son récit à la fois captivant et étrange. Stan Lee se noie dans un classicisme éhonté : le gentil est costaud et intelligent, la princesse fragile et mignonne et les Pixies petits et laids. Une fois vaincus, Rockman leur administre même une fessée !

Le tout reste cependant intéressant à lire et est un témoignage de ce que pouvait être l’âge d’or des comics de super-héros.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 508 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/