Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

lundi 6 mai 2013
par Soyouz

Iron Man 3


Après les réussites commerciales des deux premiers opus et d’Avengers, Tony Stark revient en terrain conquis avec le troisième épisode d’Iron Man. Pour une dernière fois en solo ? Rien n’est moins sûr ...

(JPEG) Rappel du contexte : Tony Stark alias Iron Man, n’est plus le PDG de la multinationale héritée de son père, poste qu’il a laissé à son ancienne secrétaire et actuelle petite amie, Pepper Potts. Depuis la tentative d’invasion des Chitauris à New York (voir le film Avengers), il passe la majeure partie de son temps dans le sous-sol de sa maison à construire de nouvelles versions de son armure. Ces évènements le hantent encore au point d’en perdre le sommeil.
Son train-train va être bouleversé par sa prise de position active contre le Mandarin, chef terroriste, dont le dernier attentat sur le sol américain toucha son ancien chauffeur et garde du corps Happy Hogan.

Si les acteurs restent presqu’évidemment les mêmes, Marvel Films a décidé de donner une nouvelle impulsion au héros en remplaçant le réalisateur Jon Favreau (qui reste dans le rôle d’Happy Hogan) par Shane Black, connu pour avoir réalisé et scénarisé en autres L’Arme Fatale 4, Last Action Hero et surtout, l’excellent Kiss Kiss, Bang Bang, déjà avec Robert Downey Jr en premier rôle.

De prime abord, le scénario donne l’impression que LE Héros américain (l’officiel sur ordre hiérarchique, tout comme l’officieux sous impulsion vengeresse) s’en va sauver son pays de l’ignoble terroriste islamiste. Clichés, manichéisme primaire (qui auraient été bien plus condamnables que l’anticommunisme systématique de Stan Lee dans les sixties), tout cela est balayé par un intelligent (mais finalement pas si original) twist, représentatif d’une époque manipulée et influencée par les images, les impostures et simulacres médiatiques.

(JPEG)

Ce message est enrobé par l’univers d’Iron Man et de Marvel, via la bande dessinée (notamment par l’utilisation de l’Extremis d’Ellis, montrant qu’on est toujours une thématique de l’utilisation des évolutions technologiques), mais aussi via l’adaptation de l’univers partagé. Car si on ne retrouve que quelques évocations du SHIELD, à l’instar de la CIA, les évènements qui se sont déroulés pendant Avengers sont très souvent évoqués par l’intermédiaire d’un Stark peut être encore plus présent que dans les deux précédents films, angoissé lorsqu’il reste trop longtemps en dehors de l’armure, angoissé quand il n’est plus dans sa « cave », angoissé quand il a le temps de penser... Des échos de son ultime chute face aux Chitauris, chute qui lui aurait été fatale sans son armure. Même sous son comportement irresponsable et casse-cou, Tony Stark a des failles psychologiques, comme peut connaître l’humain lambda face à ce genre d’épisode traumatisant (qu’il refuse d’ailleurs d’évoquer malgré les nombreuses relances de son « sidekick »).

(JPEG)

Tout cela est dédramatisé (la recherche du Mandarin par Iron Patriot, la découverte du Mandarin par Stark, etc ...) par un humour qui n’est jamais très loin, parfois légèrement potache même pendant les combats (l’armure en essai montre régulièrement des dysfonctionnements dus à son statut justement) mais distillé avec justesse par Shane Black. Du comique de situation qui sied à merveille à Robert Downey Jr, toujours impeccable et à l’aise dans son rôle, tout comme Gwyneth Paltrow, Pepper sur le bout des ongles, jusque dans l’ultime séquence du combat final. Pas besoin de faire l’étalage des personnages récurrents qui sont toujours aussi bien servis (le semblant d’exagération de Favreau en tant que tout nouveau chef de la sécurité est aussi marrant que réaliste, preuve une nouvelle fois de la gestion de l’ironie par le réalisateur), surtout qu’ils ont en face deux nouveaux vilains, assez antagonistes, qui représentent à eux deux, de manière excessive, tout ce qu’est Tony Stark. Guy Pierce et Ben Kingsley, respectivement le docteur Aldrich Killian et le Mandarin, montrent une bonne partie de leur talent avec les différentes facettes très crédibles que leur demandent leurs personnages (difficile d’en dire plus sans dévoiler quoi que ce soit, amis sachez que le mot « adaptation » est le plus approprié).

En utilisant la même technologie que dans les précédents films, on était déjà sûr d’en prendre pleins les yeux. Si l’armure (Iron Man ou Iron Patriot) est utilisée avec parcimonie, c’était peut être pour nous en mettre plein la vue avec une vraie bonne longue scène de fin de super-héros, jubilatoire, explosive, qui nous en met plein les mirettes et sûrement à regarder au ralenti dans nos salons pour bien profiter des magnifiques armures (avec quelques clins d’œil rock’n’roll).

(JPEG)

Un troisième épisode qui aura tenu toutes ses promesses. Drôle, intelligent, très plaisant, dynamique, proposant d’autres facettes du personnage, flattant visuellement le fan tout en cherchant à le surprendre (voire le provoquer) par le scénario. A l’issue des 2h10, les dernières scènes donnent l’impression que c’est la fin d’un cycle, du moins pour les acteurs, car, à la manière d’un James Bond, Marvel ne se cache pour le retour de son héros, peut être le plus lucratif à ce jour. Il est sûr qu’on reverra Downey Jr dans Avengers 2, mais pour l’après, rien n’est fait. Après une telle réussite, la barre a atteint un autre niveau.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1158 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/