Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

Supreme #2 : Le retour


lundi 26 avril 2010
L'avis de Soyouz


Delcourt

Supreme #53-#56 + The Return #1-#6

(JPEG) Cette suite tant attendue des aventures de Supreme, sous-estimées et incroyablement boudées par le public permet de boucler la prestation de Moore sur ce personnage.

N’étant particulièrement pas fan de Superman, il peut paraître étonnant que je préfère son ersatz. Surtout qu’on y retrouve toutes les particularités : une forteresse, un super-chien, une super-sœur, ... je ne vais pas faire toute la liste mais le nombre de détails similaires est impressionnant. La grande différence est que le scénariste a toute la latitude qu’il n’aurait sûrement pas eue chez DC, que ce soit pour la continuité du personnage, les vilains ou les interactions avec son entourage. Et sans parler des thématiques et des constructions qui demanderaient une étude particulière pour chaque épisode.

Certes, Alan Moore a un format assez défini. Sans forcément les privilégier, il a toujours aimé les histoires courtes, comme à ses débuts avec 2000AD ou lors de ses derniers travaux chez ABC. Dans Supreme, il passe aisément du présent avec le style graphique du moment (pas toujours heureux, comme souvent avec Image dans les années 90) au passé avec des dessinateurs respectant bien le graphisme du Golden Age. Il se permet également la fantaisie le temps de quelques pages de comparer l’interprétation de son script par deux dessinateurs aux coups de crayon bien différents. Vous l’aurez compris, il y a aussi un fort message metacomics dans cet album, dont le point culminant est l’ultime numéro, une forme d’hommage à la créativité et aux pères des archétypes.

En deux albums, Moore a recréé un univers très fourni, qui se suffit à lui tout seul, avec des histoires denses et intelligentes qui vont au-delà des caractéristiques du personnage. En fait, il passe bien après les histoires. Ce n’est pas du super-héros classique et caricatural. Il n’est pas dans l’hommage ou dans le regret d’une époque, il s’appuie sur ses codes pour montrer que l’on peut aujourd’hui toujours écrire en suivant ses valeurs. Une forme de pied de nez aux comics auxquels on a droit depuis une dizaine d’année (qu’il dénonçait déjà l’époque), sans pour autant faire dans la niaiserie ou la bêtise.

Avis : on retrouve le même plaisir de lecture que sur Tom Strong. Que vous aimiez ou pas Superman, vous aimerez le Supreme de Moore.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 937 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/