Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

lundi 1er février 2010
par Kab, Soyouz

Interview de Kazimir Strzepek


Ce nom ne vous dit peut-être rien et ce n’est pas étonnant. "Kaz", comme on l’appelle, est un jeune auteur qui ne travaille pas pour les deux géants DC ou Marvel, ni même pour les petites maisons comme Boom ! ou Top Shelf. Kazimir est un auteur underground comme le monde du comic-book en voit très souvent. C’est la deuxième fois que cet Américain originaire d’Hawaï vient au festival d’Angoulême, pour la sortie du volume 2 de l’Étoile du Chagrin aux éditions çà et là (le premier tome est chroniqué sur votre site préféré).
Profitant de sa présence dès le jeudi matin, Soyouz et moi-même lui avons demandé avec un courage exemplaire une interview non programmée. Ce dernier a accepté avec grand plaisir (et merci à Serge Ewenczyk pour son accord).

(JPEG) France-Comics : Bonjour Kazimir. Merci de quitter votre stand pour cette interview. Pourriez-vous vous présenter rapidement pour les lecteurs français qui ne vous connaissent pas ?
Kazimir Strzepek : Bonjour. Je m’appelle Kazimir Strzepek, je suis originaire d’Hawaï et plus particulièrement de l’île d’Oahu. J’ai déménagé à Seattle il y a six ans.

FC : Ah bon !? Et pourquoi ? La vie doit plutôt être belle là-bas ?
Kazimir Strzepek : Oui, mais elle est difficile car c’est très petit et il n’y a pas de connexion avec le monde de la bande dessinée. J’ai commencé par faire mes propres comics entièrement à la main, un fanzine du nom de Xerox. Puis j’ai fait plusieurs conventions pour le présenter à divers éditeurs. La société Bodega l’a apprécié et m’a embauché pour vendre mes comics par Internet. Au final, j’en ai fait pour eux. C’est là-bas que j’ai créé The Mourning Star [1]. J’ai aussi travaillé dans le monde de l’animation, mais le milieu est très compétitif et ce n’est pas pour moi.

FC : C’est très underground ce que vous faites, vous ne touchez donc pas un large public. Avec un seul album par an, vous arrivez à en vivre ?
Kazimir Strzepek : Non, j’ai un autre travail. Je suis testeur de jeux vidéo chez Nintendo. Je vends aussi des originaux dans les conventions, vu que je ne fais pas payer mes dédicaces [2].

FC : Vous avez la vie idéale. Faire de la BD et tester des jeux vidéo...
Kazimir Strzepek : Oui, je crois (rires). Beaucoup de gens aimeraient être à ma place.

FC : Lisiez-vous des comics quand vous étiez plus jeune ?
Kazimir Strzepek : Oui du Marvel, du DC, du Image aussi. Mais j’ai arrêté car ça tourne en rond et on nous rabâche toujours les mêmes choses au final. J’ai préféré d’autres genres que le super-héros, comme la fantasy par exemple.

FC : Quels sont les artistes qui vous ont influencé ?
Kazimir Strzepek : Arthur Adams quand j’étais petit. Maintenant ce serait plus Megan Kelso (NdFC : elle a dessiné le personnage sur son sweat shirt).

(JPEG) FC : Parlons maintenant un peu de l’Étoile du Chagrin. Quelles sont vos influences et comment êtes-vous parvenu à cette idée de comic-book post-apocalyptique ?
Kazimir Strzepek : Mad Max et Akira ont été deux très grosses influences, ainsi que Zelda et le travail de Moebius. J’aime ce genre de récits avec une quête, un but. Je faisais des histoires humoristiques et courtes au début, mais je voulais raconter quelque chose de plus long. J’ai alors pensé à ce que je voulais lire et ça a défini ma direction. Je ne voulais pas commencer juste après "l’apocalypse". Je voulais d’abord montrer ce qu’il devient. Puis j’ai commencé à vouloir travailler plus sur les personnages et présenter les différents points de vue et conditions de vie sur cette planète.

FC : Pourquoi avoir choisi un format plus petit que la moyenne (la moitié d’un A4) ? Et pour quelle(s) raison(s) dessinez-vous directement sous ce format, comme nous avons pu le voir l’année dernière, alors que la majorité des dessinateurs travaillent sur une grande planche, qu’ils rétrécissent par la suite ?
Kazimir Strzepek : C’est moins cher à produire.
Pour ma méthode de travail, la raison est toute autre. Avant d’être testeur de jeux, j’avais un emploi dans un hôtel et quand mon chef passait voir si je travaillais bien, je cachais la planche que je dessinais sous la table. C’est bien plus facile de cacher une demi feuille qu’une grande. (rires) Maintenant, je pense dessiner sur une plus grande feuille pour pouvoir rajouter plus de détails, notamment dans les scènes de combat. Peut-être dans le tome quatre...

FC : Le noir et blanc, c’est aussi un choix économique ?
Kazimir Strzepek : Oui, ça coûte beaucoup moins cher. Mais vous savez, je travaille quand même aussi la couleur. Je fais du dessin en utilisant des bouteilles de peinture, qui servent aussi à faire les graffitis. Pour d’autres BD, je travaille les couleurs sur ordinateur mais je tâtonne encore.

FC : Et donc, vous préférez la couleur ou le noir et blanc ?
Kazimir Strzepek : Les deux. En fait pour l’Étoile du Chagrin, je ne sais pas trop quelle est la couleur de peau de mes personnages, mais certains de mes amis veulent en faire un petit film d’animation. Du coup on verra le rendu et leur vision des personnages.

FC : Si le titre est un succès commercial, et c’est tout le mal que l’on vous souhaite, pensez-vous faire une nouvelle édition en couleur, un peu comme Jeff Smith sur Bone  ?
Kazimir Strzepek : Oui, ça me plairait. J’ai même des lecteurs qui m’envoient leurs versions de mes personnages en couleur. Je trouve ça marrant.

(JPEG)

FC : Avez-vous d’autres idées de comic-book ?
Kazimir Strzepek : Quand je travaille, j’ai plein de nouveaux personnages qui me viennent en tête, mais je ne veux pas trop en mettre non plus dans la série. Du coup, je ferais peut-être un autre titre dans le même univers avec ces personnages.

FC : Ca deviendrait un Kazverse alors ?
Kazimir Strzepek : Oui, tout à fait ! (rires)

FC : Envisagez-vous de collaborer avec d’autres artistes ?
Kazimir Strzepek : Ça serait intéressant. J’ai des amis dont j’apprécie beaucoup le travail et eux le mien, et on se dit que ce serait sympa de bosser ensemble. Par exemple, faire des versions différentes de Mourning Star ou apporter de nouveaux personnages.

FC : Voudriez-vous travailler pour un plus gros éditeur, voire carrément Marvel et DC ?
Kazimir Strzepek : Oui. Marvel, j’aimerais beaucoup, mais je ne suis pas sûr que mon trait les intéresse tant que ça.

FC : Vous savez, ils ont employé Jim Mahfood et d’autres artistes indés pendant un moment.
Kazimir Strzepek : Qui sait alors, ça serait fun de faire ma version de certains héros.

FC : Une tradition de France-Comics pour finir : quelle question n’auriez-vous pas aimé que l’on vous pose ?
Kazimir Strzepek : Euh, je ne sais pas... (Il réfléchit un peu). Je pense que ce serait sur le nombre de volumes pour Mourning Star, car j’ai dit que ce serait en cinq ou six volumes, mais si j’en fais plus, j’aurais l’air malin.

FC : Quelle question auriez-vous aimé que l’on vous pose ?
Kazimir Strzepek : Hmmm, c’est bizarre ça (rires), euh, je ne sais pas. Rien ne me vient à l’esprit. Je suis assez timide de nature.

(JPEG) FC : Et une toute petite dernière question à propos du festival d’Angoulême. C’est la deuxième fois que vous venez, le voyage est pourtant assez long. Qu’est-ce que vous y aimez ?
Kazimir Strzepek : Je trouve ça dingue de voir tous ces artistes avec des styles différents, des genres différents. En même temps, c’est très frustrant car je ne peux pas acheter beaucoup de livres à cause de la grosse différence dollar/euro et surtout parce que je ne lis pas le français. Du coup, je ne fais que regarder les images.

Encore merci beaucoup pour cette interview et bonne suite de festival.

Vous voulez en savoir plus sur le travail de Kazimir Strzepek : www.scubotch.com

Crédits photos : Jocelyn Talureau. Merci à lui.

[1] titre VO de l’Étoile du Chagrin

[2] pratique très courante dans les conventions américaines

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 2116 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/