Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

Ultimate Spider-Man Hors-série #4


lundi 14 juillet 2003
L'avis de GUILLEMARD (champion comics)


Ultimate Spider-Man Hors Série 4 regroupe les épisodes 11 et 14 à 16 de Ultimate Team-Up. Ce titre anthologie présentant les versions Ultimate des héros Marvel surfe sur le succès de Ultimate Spider-man et de son scénariste Brian M. Bendis. Le concept de base emprunte tant à Marvel Team-Up (Spider-man rencontre un autre héros) qu’à Marvel Fanfare (des dessinateurs différents se relaient sur la série). Et la série peut servir de test pour les futurs héros Ultimate.

(JPEG) Si le minimalisme des intrigues de Bendis fait souvent illusion, ici son écriture se réduit au strict nécessaire et donne aux histoires un sentiment de vide. En effet, alors qu’Ultimate Spider-man est constitué d’arcs et que le faible nombre d’évènements survenus dans chaque épisode série se trouve compensé par la trame générale, les scénarios d’Ultimate Team-Up reposent uniquement sur la rencontre entre Spider-man et le héros invité. Par exemple, le numéro 11 n’est rien qu’une longue discussion entre la bande de Peter (Mary-Jane, Kong..) et les X-men sur la vraie nature des mutants.

Bendis nous ressort ses travers maniéristes de faire dans le « parler jeune » alors que Liz Allen pose à Jean Grey des questions passionnantes sur 22 pages (« c’est cool d’avoir des pouvoirs ? » etc...) Et à la fin, les X-men disent « Faut qu’on y aille » alors que les jeunes se réjouissent de cette rencontre. Episode strictement inutile pourtant très attendu : la première rencontre Spidey/X-men de l’univers Ultimate, pensez-vous ! Eh bien, non, malgré la couverture où l’on voit Jean Grey et Spider-man bras-dessus bras-dessous.

L’épisode 14, avec La Veuve Noire en guest-star use d’une construction en flash-back pour meubler l’épisode. Les cases noires, larges, remplies d’onomatopées et/ou muettes abondent également. Pourtant, l’histoire raconte juste la captivité de la Veuve Noire qui fait montre de réparties quand on veut la faire parler (permettant à Bendis de nous rappeler qu’il est doué en dialogues), suivi de son sauvetage par Spider-man en toute fin d’épisode. Sans l’arrivée inopinée de Nick Fury qui semble intéressé par Mister Parker, cette histoire ne servirait absolument à rien. Petite consolation, Terry Moore et son style raffiné font merveille sur cet épisode très creux.

Quant à L’arc l’épisode de Shang-Chi (épisodes 15-16), il nous conte l’histoire de Shang-Chi qui a fui son père et se retrouve poursuivi et attaqué à Chinatown. Où Peter & Mary-Jane se baladent, comme par hasard. Rassurez-vous, ils ne font que passer. Adepte du « tout ça pour ça », Bendis met ostensiblement en scène, durant 8 pages le changement de costume de Peter alterné avec le combat de Shang-Chi et quand finalement Spider-man arrive, le combat est fini. Ben voyons. Ce qui pouvait passer pour un intelligent exercice d’auto-parodie la première fois devient franchement exaspérant quand les fils de l’intrigue sont aussi gros. Le rôle de Spider-man est encore plus ridicule dans le deuxième épisode de l’arc puisque Le tisseur de toiles vient voir Shang-Chi pour lui demander ... des cours de karaté.

Fin de l’épisode. Et de la série. Le succès, marque Ultimate et effet de mode oblige, était au rendez-vous pour ce mensuel très fade mais le scénariste dut arrêter « l’écriture » de la série à cause d’une trop gros emploi du temps. Contrairement à ce que voulut nous faire croire Bendis au début, les évènements d’Ultimate Team-Up n’ont eu aucune incidence sur la série « originelle » (terme ironique, s’agissant de la ligne Ultimate).

Réalisant sûrement la difficulté d’écrire deux séries mensuelles sur le même personnage, Bendis a cru contourner le problème en centrant totalement les épisodes sur les héros de passage. Le problème est que ça a enlevé toute continuité au titre et affadi le personnage de Spider-man qui paraissait être collé dans l’histoire par n’importe quel prétexte. En plus, avec une trop grande marge de manœuvre, Bendis a mis en scène les premières apparitions (cessons de préciser Ultimate) de héros comme Iron Man ou Hulk dans des versions contradictoires avec leurs apparences ultérieures (cf : Ultimates)

Deux des arcs de ce recueil (les numéros 11 et 15-16) ont en commun d’avoir un style graphique emprunté à l’esthétique manga. L’épisode avec les X-men est toutefois dessiné par Chyna Clugston-Major dans un style assez détaillé alors que Rick Mays (pour l’arc de Shang-Chi) mise tout sur le mouvement, au détriment du style. Un des seuls points bénéfiques de Ultimate Marvel Team-Up est d’avoir permis à des auteurs indépendants de s’essayer à du mainstream. Mélange intéressant. Il est d’autant plus dommage que les scénarios n’aient pas été à la hauteur. Nul doute que cette série ne restera pas dans les mémoires.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1352 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/