Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

lundi 14 septembre 2009
par Christophe Colin

Les personnages de comics méconnus-partie 31 : The Brute


(JPEG) Martin Goodman, le PDG d’Atlas Comics, société lancée au début des années 1970 pour concurrencer Marvel utilisait comme inspiration les personnages de la maison des idées pour créer les siens. Si dans la Tarentule, il est facile de reconnaître l’Araignée, la Brute est un cousin lointain de l’incroyable Hulk.

C’est un homme préhistorique gris gigantesque qui a été trouvé par trois gamins. Il en dévore deux et laisse s’échapper le dernier. Les forces de police interviennent et réussissent à le capturer. Au grand dam du père des deux mômes qui crie vengeance, la Brute est sauvée grâce à l’intervention d’une jolie scientifique qui est bien contente de trouver un homme préhistorique en vie. La Brute a survécu jusqu’à notre époque car il a été congelé et a été réveillé grâce à l’énergie nucléaire d’une centrale atomique voisine. La jeune dame en tombe amoureux, récréant le couple de la belle et de la bête, le surveille tendrement mais le monstre s’échappe grâce à l’intervention du père des enfants assassinés.

(JPEG) Il est ensuite récupéré par un savant fou qui croit dur comme fer que la terre subira une grande inondation et a créé à cet effet une nouvelle race d’homme-reptiles utilisant pour cobayes des scientifiques qui ont récusé ses thèses et la tendre dulcinée de la Brute qui le cherchait désespérément. La Brute revient à ses esprits, sauve la belle et trucide les méchants.

(JPEG) Le monstre est ensuite de nouveau capturé et est l’objet de convoitise opposé du chef de la police amoureux de la scientifique et de la dame elle-même. Le premier veut l’anéantir et la deuxième le sauver, formant un nouveau triangle amoureux. Ils n’auront pas le temps de prendre une décision car un autre savant fou et son robot Doomstalker interviennent, faisant tomber la Brute d’une grue haut-perchée.

Les lecteurs n’en sauront malheureusement pas plus sur son sort car la société Atlas coula très rapidement et le troisième numéro de ce magazine sera le dernier. La Brute reste un très bon nanar utilisant les recettes les plus éculées du comics d’horreur. Les scénaristes sont Michael Fleisher (qui a beaucoup écrit pour le Spectre et Jonah Hex pour DC) pour les deux premiers et Gary Friedrich (scénariste de Ghost Rider dans les années 1970) pour le dernier numéro. Aux crayons, se succèdent Mike Sekowsky (co-créateur de la Justice League of America dans les sixties) au #1 et #2 et Alan Lee Weiss (dessinateur de Captain America et des Vengeurs chez Marvel) au #3.

Malgré de bons artistes, le concept est peu intéressant. A la différence d’Hulk, la Brute ne peut s’exprimer et reste un monstre totalement incompris. Il dira son premier mot : « balle » dans le #3. Il ressemble beaucoup au titan vert et subira le même changement de couleur dans ses trois premiers numéros passant du gris au bleu, à l’image du Fauve/Hank Mac Coy des X-Men.

J’ai enfin réussi à écrire un article sur la Brute, il ne me reste plus qu’à en écrire deux sur le Bon et le Truand. Vous conviendrez que ma tâche est difficile car il y en a beaucoup dans nos chers illustrés.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 2129 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/