Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

lundi 13 décembre 2010
par Kab

Fatalis 2099 #01-04 : Muses de feu


(JPEG) Jadis, la Latvérie vivait sous la tyrannie d’un homme mais le pays était prospère.
Un siècle plus tard, les habitants meurent de faim et sont obligés de tout marchander. Le marché noir est devenu le seul marché dans ce petit pays. C’est d’ailleurs en faisant du troc de codes que Wire et Xandra se font surprendre par la police. Tentant de leur échapper, ils se dirigent vers les ruines du vieux château. Un flash les aveugle puis quand la lumière se dissipe un homme en armure est devant eux. Le seigneur du pays est revenu. Fatalis est de retour et il n’apprécie pas ce qu’il voit. Son propre pays est gouverné par un dénommé Tiger Wylde et la population semble avoir oublié qui il était. Bien décidé à récupérer ce qui lui appartient, le pire ennemi des FF va affronter Wylde. Le combat tourne court, Victor n’est pas préparé aux technologies de ce siècle et il manque de mourir. Fortune, la tireuse de carte du souverain actuel le sauve et le soigne avec l’aide de Vox, un jeune garçon muet.
Après s’être remis sur pieds, il part avec ses nouveaux alliés vers une île appartenant à un groupe du nom de Pixel. Nos héros y pénètrent facilement comme si quelqu’un était présent avant eux. Fatalis y trouve pourtant ce qu’il souhaite et se fait faire une nouvelle armure plus en adéquation avec les besoins de cette époque avec notamment une interface cyberneurale. Tant qu’ils sont sur place, l’ancien monarque de la Latvérie se renseigne sur son adversaire. (JPEG)
Rentré au pays, Victor envoie Wire et Xandra récupérer des informations sur une cargaison de Tritonium tandis qu’il tente de se souvenir de son passé. Fatalis passe ensuite à l’action et récupère la marchandise prévue pour Tiger. Il distribue des vivres a la population qui n’arrive plus à subvenir à ses besoins sous le règne du tyran en place et il pirate de l’intérieur les codes du pays afin de le neutraliser de l’intérieur. toutes ces manoeuvres souterraines ont pour but d’amener la population à vouloir un changement de régime et à accepter un nouveau leader qui sera Fatalis. Ce dernier traite aussi avec De Vargas, le patron de Pixel pour qu’il ne soutienne plus son allié actuel.
Acculé, Tiger Wylde fait venir Fortune et lui fait part de ce qu’il sait. Il la questionne et finit par se rendre au campement de Victor pour l’affrontement final qui désignera le nouveau souverain de la Latvérie.

(JPEG) John Francis Moore est un scénariste assez peu connu qui à pourtant officié sur de nombreux titres X avec un très long et très apprécié run sur X-Force mais aussi sur du Batman par exemple.
Avec Fatalis 2099, c’est la première fois qu’il commence dès un premier numéro sur une nouvelle série. Le scénariste est très à l’aise dans ce monde futuriste. c’est d’ailleurs lui qui va utiliser le plus les nouvelles technologies et les guerres entre les différentes corporations. A la différence d’un PAD qui va peupler petit à petit l’univers de son héros, Moore nous amène dès le début de nombreux personnages, que ce soit Wire, Fortune, Vox, Xandra, Poète ou même des vilains qui seront sûrement régulier comme De Vargas. S’il y a un point sur lequel John ne surprend pas, c’est le traitement de son héros. Bien qu’il ai perdu la mémoire et que l’on puisse se demander si c’est bien le vrai Victor Von Fatalis (le doute étant amené au fur et à mesure et de manière fort habile) ses méthodes n’ont pas changé du tout. Le scénariste met en avant certains aspects du personnage un peu oubliés ou peu développés comme le fait qu’il soit tzigane. Il n’oublie pas non plus le côté magie de Fatalis et même si ce n’est guère traité, on sent bien que cela pourra prendre une plus grande part par la suite.
Malgré cette abondance de personnages, le lecteur n’est pas trop perdu. Par contre, c’est au niveau des technologies que cela semble un peu brouillon. On voit bien que le scénariste a de nombreuses idées et qu’il souhaite être plus ou moins dans le domaine de ce qui sera réalisable tout en gardant un côté science-fiction. Cette dualité a du mal à bien fonctionner surtout qu’à une lecture en 2010 (date de cette chronique), les choses ont bien évolué. Malgré tout quelques idées sont encore tout à fait viablesmême si leur traitement semble un peu vieillot de nos jours.
En termes d’univers et d’histoire pure, Moore reste dans la tendance corporation et si PAD ne développe qu’Alchmax et Stan Lee qu’Echo une filiale d’Alchemax, John Francis Moore lui en crée tout de suite plusieurs et il met en avant les intrigues et alliances entre ces différentes sociétés qui dominent la vie des gens. On peut même y voir un petit côté social.

(JPEG) Au dessin, c’est Pat Broderick qui officie. Le dessinateur revient de chez DC où il a travaillé sur Swamp Thing, Green Lantern, Firestom ou encore Batman.
Le style est assez anguleux tout en restant légèrement arrondi. Comparé à Rick Leonardi, c’est moins joli de même que le travail fourni par Ron Lim sur X-Men 2099 sera là aussi plus agréable. Malgré tout, je trouve que le trait est assez agréable et donne une ambiance un peu spéciale au titre, un peu rétro mais en même temps futuriste. Vraiment spécial mais sympa.

Un premier arc qui soulève beaucoup de questions. Est-ce bien Fatalis ? Sa mémoire va t’elle lui revenir ? Va t’il reconquérir son trône facilement ? Que va t’il faire après ? Et qui en apporte peu donnant envie de lire la suite.

Parution française dans : 2099 #02-05 aux éditions Semic.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1380 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/