Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

mardi 15 avril 2008
par Soyouz

DR & Quinch présentent le non-sens de la vie


(JPEG) Il est des bouquins qu’on découvre sur le tard, plusieurs années après leur parution. Je n’ai entendu parler de DR & Quinch qu’assez tardivement, surtout en lisant l’excellent magazine intitulé les travaux extraordinaires d’Alan Moore. Ce n’est que récemment que j’ai trouvé chez mon bouquiniste préféré D.R. & Quinch présentent le non-sens de la vie, publié chez les Editions Zenda en 1990, issu d’une version TPB sortie la même année chez Fleetway Publications.

A l’origine, ces épisodes de D.R. & Quinch sont sortis en Grande Bretagne dans le célèbre magazine anglais 2000 AD entre 1984 et 1985 ( 2000 AD #350-#359, #363-#367 et 2000 AD Sci-Fi Special 1985 ).

Sur une planète lointaine et bien plus avancée que la Terre, D.R. (qui s’appelle en fait Waldo Dobbs) et Quinch sont deux amis lycéens, délinquants reconnus, d’une effronterie sans égale et n’ayant aucun sens commun (d’ailleurs, je ne pense pas qu’ils sachent ce que cela peut vouloir dire !). Leurs tribulations vont entraîner la destruction d’une planète, une guerre et ils vont même faire du cinéma.

Pour Moore, utiliser des extra-terrestres n’est pas un prétexte pour faire une série de SF ou de Space-opera, c’est simplement pour n’avoir aucune retenue dans son imagination et ses possibilités. Par exemple, D.R. et Quinch peuvent se fournir en armes de destructions massives comme on achète des flingues aux Etats-Unis. L’excessivité des situations pourrait paraître totalement absurde dans un univers réaliste. Mais là, il semble bizarrement plus facile de faire la comparaison avec ce qui existe chez nous. Et ce serait dommage de s’en priver, puisque Moore ne se gène pas pour dire ce qu’il pense sur des sujets assez variés et de manière totalement iconoclaste. Ça défouraille sévère, si bien qu’on ne sait pas du tout jusqu’où va aller l’auteur avec ses deux personnages. Et puis les dialogues accentuent ces effets, le style de narration (les histoires sont racontées par D.R., sauf une par Quinch) donne un côté décalé et l’effet n’en est que plus drôle !

La force aussi de cette série, c’est son dynamisme. Les épisodes sont composés de 5 à 7 pages (comme souvent chez 2000 AD), le temps de raconter une petite histoire ou d’être le chapitre d’une plus grande. Cela accélère bien le rythme du récit et sans être gêné par ces coupures. Ceux qui lisent Tom Strong comprennent donc d’où vient le penchant de Moore pour les courts récits. Ce qui est intéressant, c’est que tout se suit et crée un ensemble. Certains personnages reviennent, des évènements sont rappelés ou provoquent d’autres histoires.

Pour finir de vous convaincre de la qualité de ce livre, il suffit que je vous dise que c’est Alan Davis qui gère la partie graphique. C’est du haut niveau, le trait de l’artiste est déjà très assuré et son style affirmé. Pas de lignes de trop, les images sont claires, précises et les personnages très expressifs. Et comme c’est en noir et blanc, on profite au maximum du talent du créateur de Clan Destine et cela n’en n’est pas plus mal.

Alors si vous avez, comme moi, l’occasion d’acquérir cette BD, n’hésitez pas, vous ne le regretterez pas, foi de fan d’Alan Moore. C’est très drôle et rien que le temps de faire cet article, j’ai envie de me la relire.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1769 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/