Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

X-Men #102


dimanche 31 juillet 2005
L'avis de JeanSeb


Marvel France

Dernière partie de l’arc qui marque le retour de Claremont sur la plus vieille série X-Men. Un découpage qui ne correspond définitivement pas à l’écriture du deuxième père des mutants. De son côté, l’équipe “internationale” termine son opération de récupération de Xorn alors que la nouvelle génération, scindée en différentes (et concurrentes) équipes, continue d’affronter les tourments de l’adolescence tout en débutant l’entraînement de super-héros.

(JPEG) Uncanny X-Men #447

Affrontement final ce mois-ci entre l’équipe de Tornade et Fury. Une issue que j’avais prévue en deux temps (voir la chronique du numéro du mois dernier), pensant lire un arc en six parties. Un épisode très prévisible donc et répondant à un rythme de parution (Part 1 of 6 ou Part 2 of 4) et d’écriture, qui ne correspond vraiment pas au talent de Claremont. Les épisodes de transition, ceux superposant plusieurs intrigues au détour de pages entières ou d’une simple case parasitant les publications en TPB, épisodes qui ont longtemps été révélateurs de l’imagination de Claremont, n’ont plus lieu d’être dans la politique éditoriale actuelle de Marvel. Un rythme dont Morrison seul a su tirer brillamment partie ces derniers temps. En résultat, depuis le Reload, des combats étirés avec des développements d’intrigues très limités et un embryon de scénario sans tenant ni aboutissant. Il boucle ici l’affrontement par une sorte de combo mutant, une technique de combat qu’on croirait sortie de Dragon Ball Z ou des Chevaliers du Zodiaque. On peut encore parier sur l’intelligence du scénariste en imaginant que Jamie Braddock reviendra, se greffant à une intrigue plus vaste et plus palpitante que ce " The End of Tomorrow " (peut-être dès le mois prochain avec l’annonce d’un retour au manoir Braddock) qui ne restera pas dans les mémoires.

Davis met le paquet de son côté, tout de même, et nous embarque dans l’affrontement : l’action jaillit des pages et on vacille avec les héros en plein effort. De plus, il tient à remplir ses cases de détails et laisser la part belle aux splendides couleurs de Franck d’Armata, pleines de lumière, dans des tons qui correspondent bien mieux au trait du dessinateur que la pénombre de l’épisode du mois dernier. Un travail qui sent vraiment l’application.

Au final cependant, un épisode moyen, une fois de plus, plein de X-Men qui aiment à se regarder le nombril et à se sentir forts tous ensemble. (Mais comment Diable Rachel ne se retrouve-t-elle pas avec sa jupe remontée jusqu’à la taille, vu la longueur de cette dernière et le nombre de cabrioles qu’elle exécute ?)

X-Men #160

Encore une fois, l’épisode de X-Men soutient sans rougir la comparaison avec la série « mère ». Le groupe de Havok divisé en deux, se retrouve en deux endroits différents, confronté au mystérieux homme collectif. Leurs efforts pour protéger Xorn du monde et le monde de Xorn se retrouvent fortement compromis, noyés qu’ils sont par le nombre de leur(s) opposant(s).

De l’action aussi, mais mieux menée, sur plusieurs fronts, avec une bonne dose d’humour, un méchant au pouvoir intéressant qui se révèle après qu’on ait cru à un manque d’originalité (la similitude avec Madrox, l’Homme Multiple), une application intelligente du pouvoir d’un des fondateurs des X-Men, en bref un cocktail d’éléments plutôt divertissants. Austen continue, sans vraiment l’approfondir (l’épisode est orienté " action ") la caractérisation des personnages : un tandem de choc formé d’Iceberg et du Fléau, Polaris, ambiguë et inquiétante à souhait, et un Havok légèrement en retrait après avoir tenu la vedette jusque là. Un mystère pas encore résolu, celui de(s ?) Xorn, et un autre qui pointe son nez.

Il est dommage qu’au dessin Larroca manque un peu d’imagination : si son homme collectif est très réussi (et rappelle Tetsuo, d’Akira, je suis décidé à faire des références mangas aujourd’hui), il passe à côté de l’effet que pourrait produire l’affrontement entre ce dernier et Bobby et répète trop souvent les successions de trois cases plus hautes que larges en milieu ou bas de page, enlevant ainsi de la fluidité à la lecture.

Les couleurs de Udon sont toujours trop froides (fades ?) et pourtant la série continue, sans être transcendante, de se lire avec plaisir.

New X-Men : Academy X 3

Les jeux sont faits, les équipes constituées, et les noms de code et les costumes choisis. Loin de calmer les esprits, ce nouveau pas franchi à l’école semble enflammer les susceptibilités, celles des professeurs comme des élèves. Opposition entre les adolescents, naissance de sentiments amoureux, conflits de génération, difficulté à accepter la nouvelle direction de l’école et recherche d’un ancien élève, les tensions sont omniprésentes.

Beaucoup d’éléments disséminés au fil des pages. Un traitement fort agréable, reflet somme toute bien plus réaliste que de nombreuses présentations qui nous ont été faites au fil des ans de la vie sur un campus. L’Enfer c’est les autres. Il manque malgré tout une vraie intrigue sous-tendant l’épisode, un équilibre entre la caractérisation des personnages, qui occupe beaucoup de pages, et l’écriture d’un scénario.

Aux crayons Staz Johnson livre un travail lisible, des scènes de dialogues pas ennuyeuses et cadrées de manière très illustrative, mais le rendu des personnages, de leurs visages est un peu faible. Visages grimaçants et peu harmonieux (on trouve pas mal de paires d’yeux pas équilibrées, de pommettes plus hautes l’une que l’autre), membres trop longs et trop fins ...

Au final, un épisode qui se laisse toujours lire agréablement et qui retient un peu plus que les quelques minutes trop souvent nécessaires pour lire un comic-book. Mais si le fond est intéressant et annonce une série au bon potentiel, la forme, dans l’écriture, comme sur le dessin,laisse un peu à désirer. Une série qui mériterait que l’éditor lui donne un peu plus d’attention.

X-Men Unlimited #48

En conclusion,15 pages issues de la série X-Men Unlimited. Une initiative intelligente, plus agréable que les publications de demi-épisodes auquelles nous avons souvent eu droit (bon d’accord, il y avait aussi l’impératif de rattraper le retard d’Xtreme X-Men, mais si on ne peut plus être de mauvaise foi ... ).
Court épisode centré sur le personnage de Mystique. Un problème de cohérence avec ce que l’on sait du personnage se pose ici. En effet l’histoire nous présente une Raven à l’image de celle que nous voyons dans sa série titre. Or, à l’époque où Raven a rencontré Fury pour la première fois (rencontre qu’on nous conte ici), on peut imaginer qu’elle était sans doute encore la terroriste qu’elle était à l’époque de la Confrérie des Mauvais Mutants et non la James Bond Girl qu’elle est aujourd’hui (bien que ce ne soit pas forcément incompatible mais semble incohérent).
Autre point de réalisme : en plaçant cette histoire dans une époque lointaine, très lointaine, il aurait paru plus judicieux de situer l’action dans un été de l’ancien bloc de l’est plutôt que dans un pays, selon toute vraisemblance, du moyen orient. Mais enfin, les impératifs éditoriaux étant ce qu’ils sont, on nous écrit une histoire se déroulant hier, avec une version du personnage et un ennemi d’aujourd’hui.

Cette petite remarque mise à part, Chuck Austen écrit une histoire courte calquée sur le modèle de la série Mystique : infiltration / exécution du plan / évasion et ambiguïté des motivations du personnage. C’est agréable, rapide, ça aurait fonctionné avec Xavier en commanditaire de la mission, mais l’utilisation du SHIELD permet une conclusion forçant l’admiration pour l’ex-vilaine. ChrissCross assure avec classe et sobriété.

Quelques pages qui n’ont rien de majeur mais qui occupent agréablement l’espace. Il aurait cependant été plus judicieux de les publier au moment du lancement de la revue Maximum X-Men. Une initiative qui aurait sûrement attiré des lecteurs vers le magazine.

En bonus enfin, des fiches personnages, Havok et Iceberg, assez bien faites avec des biographies assez complètes. Une initiative agréable qui prendra plus de sens encore si de nombreux personnages connaissent le même traitement. (et dans les revues DC aussi, ce serait bien !)

Un magasine honnête, mais qui a besoin d’un sérieux coup de fouet. Espérons que Coipel, les Braddocks et un nouvel arc sur X-Men le mois prochain rehausse le niveau.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1037 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/