Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

OMAC Project #2


mardi 14 juin 2005
L'avis de Hush


DC Comics

(JPEG) Batman l’a toujours senti. Il a tout vu, tout senti, tout ressenti en mainte occasion. Une partie de la JLA a volé une partie de son esprit. Comment le sait-il ? Il est paranoïaque, ne l’oubliez pas... Mais il en parle. Puis il dévoile son grand secret : depuis Identity Crisis, il espionne tout ce beau monde grâce à Brother One, son satellite. Enfin, en la présence de Superman, Wonder Woman et de Booster Gold, il dévoile le drame de Countdown to Infinite Crisis : Blue Beetle est mort... Le pire c’est que son canal satellite fut piraté et est utilisé par une autre personne : le Black King du Checkmate.

Après un premier épisode introductif sur l’organisation Checkmate, nécessaire mais à la limite de l’ennui, Greg Rucka s’attaque à la bombe qu’Identity Crisis avait lâchée : la JLA a joué avec l’esprit de Batman. Pour note, il convient de souligner que Barry Allen, grand héros de Crisis on Infinite Earths, a usé du même stratagème. Fin de parenthèse.
Quoi qu’il en soit, le scénariste de Wonder Woman tisse une intrigue où le Checkmate est encore bien présent. Et pour cause, puisqu’il contrôle Brother One et dispose d’une arme inquiétante : OMAC.
Greg Rucka poursuit cette présentation de l’intrigue sans oublier d’accélérer l’ensemble sur la fin. L’histoire s’inscrit toujours dans cet esprit de complot, précédemment décrite par Kab. Incontestablement la sauce prend, le rythme s’emballe et la suite annonce des menaces pour nos Héros. La caractérisation du Black King, grand méchant de l’histoire, s’effectue de manière violente et sans pitié. Chez Checkmate on ne rie pas sinon on meurt ! Le message est clair.

La partie graphique est assurée par Jesus Saiz (dessin et encrage) et le studio Hifi Design pour la couleur. Si la qualité graphique pure n’est pas transcendante, il faut avouer que le dessin retranscrit l’ambiance espionnage du titre. J’ai de lire un James Bond avec Batman dans le rôle de James Bond et Sacha Bordeaux dans le rôle de Halle Berry !
L’ombrage sur les visages, la faiblesse relative des décors et les gros plans ajoutent du poids au récit. De plus, l’ensemble reste assez homogène et en phase avec l’ambiance.
En fait, je pense qu’un encreur de métier aurait été le bienvenu pour donner un poil de finesse au trait. Mais je pinaille, vous le savez bien.

En définitive, The OMAC Project se présente comme la mini-série étiquetée espionnage. Il existe de terribles secrets, une méchante organisation et une très jolie jeune femme. Pour que cette mini-série soit un succès, G. Rucka se doit d’y parsemer quelques surprises et des révélations dignes de ce nom avant de conclure. Le sieur a rarement déçu sur les thèmes d’espionnage, il suffit de citer Queen & Country pour s’en persuader. C’est autant un gage de qualité que je serai attentif au futur développement.

Avis : doit faire ses preuves

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 917 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/