Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

The Goon #1 : Rien que de la misère


dimanche 5 juin 2005
L'avis de Kab


"Zoooombie Zooombiiie biiiiieeee" - Cranberries.

Delcourt

(JPEG) Elevé dans un cirque par sa tante Kizzie et recueilli par Labrazio à la mort de cette dernière, le Goon est maintenant le bras droit de Labrazio et il s’occupe du sale boulot pour son boss. Notre homme est accompagné par son compagnon et coloc’, Franky un petit chauve avec une grande gueule.

Leur ennemi de toujours est l’homme sans nom, une sorte de prêcheur, fan de zombies, entouré de tas d’autres monstres. En gros une sorte de pingouin mais en version plus moche et sans la classe. Ce dernier est confiné à Lonely Street car le Goon l’empêche de prendre la place de Caïd de la ville.

A travers 8 histoires délirantes, Eric Powell nous narre les aventures de son héros à la tête ravagée. Les histoires semblent légèrement décousues mais ce n’est pas le cas et on avance en en apprenant un peu plus sur nos héros et vilains divers. A côté de ça, les histoires sont bourrées d’un humour noir mijoté avec amour.
En intro, j’ai écrit "le cousin d’Hellboy". Pourquoi ? Eh bien, parce que notre héros n’affronte pas que des zombies mais aussi des fantômes, un orang-outang zombie, des vampires, des loups-garous, des rats gigantesques et carnivores, des nains avec une boule de billard ... Le tout dans une atmosphère légèrement rétro qui fleure bon les années 30 où les hommes de main se battaient pour leur patron afin de contrôler la ville. Bien que mafieux, Powell montre son personnage comme un homme brave, courageux et qui n’hésite pas à aider autrui. Les personnages sont assez bien travaillés et récurrents.

Le dessin est confié à Eric Powell. Hé oui, notre homme fait tout et il le fait bien. Son trait sans être celui d’un Turner ou d’un Mignola est assez sympathique pour être extrêmement agréable à regarder. L’auteur utilise plusieurs styles (notamment pour les flash-backs). Powell s’encre lui-même ce qui est aussi très plaisant. Avec un découpage classique, l’auteur réussit à être dynamique et les scènes de combat sont bien rendues, ajoutez à cela des cases travaillées avec des décors partout, des cadrages très sympas et vous aurez une idée de la richesse graphique de The Goon.

Pépère avait conseillé cette série en VO, je n’étais pas sûr, maintenant c’est fait, cette série est absolument à avoir chez soi pour tous les fans d’humour noir, de séries bien faites et d’Hellboy.

Mon avis : plus que conseillé.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1719 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/