Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

samedi 9 avril 2005
par Kab

Strange #325


Strange passe aux mains des plus grands héros DC.

(JPEG) Batman #523 :
Crane s’évade encore une fois d’Arkham. Ses projets sont toujours les mêmes : commettre des meurtres et tuer Batman. Il organise alors différentes réunions entre anciens élèves.
Batman se remet peu à peu des évènements parus dans KnightFall (à savoir une chasse à l’homme éprouvante et un combat contre Bane qui lui coûta sa colonne vertébrale et un arrêt assez long de son activité de justicier).
En tant que Bruce Wayne, ce dernier se décide à aider un des trois candidats à la mairie. Son choix ne se porte bizarrement pas sur Gordon.

Doug Moench écrit un scénario sans trop de saveurs, certains éléments liés au passé récent du Dark Knight sont rappelés mais sans être très précis. Maintenant ce genre de numéro ne passerait pas du tout, mais en tant que premier épisode de Batman depuis longtemps c’est honnête sans plus.
Kelley Jones est au dessin et son style est assez spécial. Les personnages sont traités de manière étrange mais ils restent identifiables. Le ton est très sombre et les couleurs ternes en rajoutent une couche.

JLA #01 :
La pelouse de la maison Blanche est envahie par un vaisseau extraterrestre. La JLA s’apprête à intervenir mais Superman arrive avant. Les occupants de l’OVNI sont un groupe baptisé l’Hyperclaw. Leur chef est Protex. Ses E.T. semblent vouloir aider la Terre. Les manières de faire de l’Hyperclaw ne sont pourtant pas au goût de Kal-El qui les désapprouve. Un peu plus tard, la JLA est attaquée dans son QG orbital. Green Lantern et Wonder Woman permettent aux autres membres de s’en sortir (Metamorpho, Ice Maiden, Nuklon et Obsidian). Très vite, les plus grands héros de la Terre (Superman, Batman, Flash, Green Lantern, Wonder Woman, Martian Manhunter) se réunissent pour affronter l’Hyperclaw.

Grant Morrison relance le titre la JLA qui est tombé bien bas et ne comprend plus que des héros de seconde zone. Il se débarrasse en quelques pages des anciens membres et laisse le champ libre à ses poulains face à une nouvelle menace. Ici pas de plan échafaudé mais de l’action pure et dure et des menaces vraiment imposantes.
Howard Porter tient le dessin et son style particulier et assez carré fait mouche. De plus l’encrage assez sombre de ses planches donnent un ton résolument plus mature au titre. Le découpage est très punchy et ne nous laisse pas souffler une seconde.

Wonder Woman #101 :
Wonder Woman vient de s’installer à Gateway City. Bien décidée à aider la ville, elle arrête un groupe nommé Anarchy Incorporated qui allait piller une banque. Pour un groupe de casseur de banques leur matériel semble bien avancé. Diana mène l’enquête ce qui l’amène sur les docks dans un rad où elle arrive pile à temps pour aider un inspecteur. Leur avancée les mène à un ennemi mortel.

John Byrne assure tout, scénario et dessin. Côté histoire un simple numéro pris comme ça permet peu de se faire une idée. Il semble vouloir faire un arc "action" et met notre princesse face à des menaces plutôt balaises. Niveau dessin rien à dire, à cette époque l’homme était en pleine grâce : ses dessins et ses cadrages sont impeccables, le tout est très lisible. Le seul problème, c’est qu’aujourd’hui les dessins peuvent sembler un poil vieillots voire simplistes mais ne vous y trompez pas car c’est vraiment top de chez top.

Flash #121 :
Wally est le protecteur de Keystone City. En pleine campagne électorale notre bolide empêche la mort d’un futur candidat à la mairie. Après ce sauvetage, notre héros est invité par l’actuel maire pour discuter en privé. Ce dernier lui apprend que Flash est indésirable à Keystone car il attire de plus en plus de super-vilains. Malheureusement pour l’homme le plus rapide du monde, ce n’est pas son seul souci. Piper (un homme) est menacé par la Toupie un ancien ennemi de Barry (l’oncle de Wally ex-Flash mort pendant Crisis pour avoir couru trop vite. Ca va, vous suivez ?)

Mark Waid et Brian Augustyn assurent un scénario assez lent mais qui va avoir le mérite de changer (pendant un temps) la vie de Flash puisque ce dernier est viré de sa ville. Pour le reste de l’histoire, on s’ennuie ferme mais on apprend deux trois choses.
Paul Ryan est le dessinateur du titre, l’ensemble n’est pas mauvais puisque tout est là, des expressions, des décors etc etc, mais je trouve l’ensemble assez fade au final.

Strange change de tenue et passe chez DC. Bien bien. Malheureusement, les séries sont pas terribles. Batman n’est pas au meilleur de sa forme ; Flash sans être mauvais est loin des meilleures histoires de Waid ; Wonder Woman, grâce à Byrne, remonte le niveau de la revue qui au final ne vaut le coup que pour le relancement de la JLA (non, je ne dis pas ça parce que c’est Grant Morrison).

Mon avis : Fan de la JLA en Semic Book, l’aventure commence ici.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1494 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/