Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

Union Station


samedi 26 mars 2005
L'avis de Corbulon


Akileos

(JPEG) 1933, Kansas City, la gare d’Union Station, un groupe composé d’agents du FBI et de policiers locaux est chargé d’escorter le truand Frank Nash au pénitencier de Leavenworth mais, alors que le petit détachement atteint le parking attenant, des hommes masqués le prennent pour cible.
La surprise est totale, la plupart des membres de l’escorte et Nash restent sur le carreau, sauf les agents fédéraux Lackey et Vetterli qui s’en tireront avec quelques blessures. L’affaire fait grand bruit, Vetterli est chargé de mener l’enquête qui s’enlise rapidement. L’opinion publique s’impatiente et Edgar J Hoover veut des résultats pour marquer les esprits, et ainsi obtenir plus de pouvoirs pour le Bureau de la part de Washington. Il va donc charger Dwight August de l’affaire, avec pour instructions de suivre une piste peu probable, mais qui permet des résultats immédiats tout en évitant les questions embarrassantes soulevées par les circonstances du drame. Il ne reste plus que le journaliste Charles Thompson pour s’intéresser aux points scabreux de l’affaire, mais la tâche n’est point facile face au mutisme des organismes officiels.

Ande Parks et Eduardo Barreto sont deux auteurs plus connus pour leur travaux superhéroïques. Le premier est l’encreur de Phil Hester sur Green Arrow. Le second a travaillé notamment sur Superman (dont le fameux Lex Luthor : The Unauthorized Biography avec James Hudnall paru en VF chez Comics USA). Ils prouvent ici qu’ils savent faire autre chose et plutôt bien d’ailleurs.

Ande Parks effectue ses premiers pas en tant que scénariste et livre un travail assez remarquable puisqu’il arrive à incorporer de manière pertinente des éléments fictionnels à un évènement réel. En outre, il dépeint très habilement avec des scènes souvent très courtes et pourtant très évocatrices les relations complexes et ambigues qui se tissent entre le FBI, la pègre et les politicards locaux. De plus, il parvient à rendre très attachants par petites touches ses personnages qu’ils aient réellement existé ou non, sans jamais tomber dans un manichéisme de mauvais aloi. Enfin il nous offre une conclusion de son récit lucide et désenchanté, qui est encore d’actualité, comme quoi les choses ne changent pas vraiment, ou alors pas vraiment vite sur notre bonne vieille planète.

Quant à Barreto, il démontre que c’est un excellent dessinateur "polar", que ce soit par son storytelling efficace ou les scènes silencieuses, et par un trait très fin, sensuel, classique aussi avec de petits effets rétro faisant parfois penser à ces monstres de la bd latine que sont Domingo Mandrafina ou Jordi Bernet. Bref son graphisme est totalement en phase avec ces histoires de gangsters et d’(in)corruptibles des années trente.

Bref Union Station est une excellente bande dessinée qui non seulement fait découvrir un point un peu méconnu de l’histoire du FBI mais prouve également que le comic book possède une vraie diversité, pour peu que l’on ait un peu fouillé dans les linéaires, et donc montre la voie du real mainstream, tel que l’entend son éditeur original Oni Press.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1455 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/