Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

lundi 24 janvier 2005
par Vincent ’Old School’ Nasello

La nostalgie, camarade ... Fantask


C’était en 1969, le pays se remettait à peine de mai 68 qu’une nouvelle révolution se produisit, plus discrète mais plus durable : l’introduction du Marvel Universe en France.

(JPEG) En février de cette année-là, on vit apparaître sur les devantures des kiosques le premier numéro de Fantask. Sur la couverture apparaissait un personnage qui allait avoir un grand succès chez nous : le Surfer d’argent.

A l’intérieur, 2 épisodes des Fantastiques et un du fameux Surfer. Bien sûr les super-héros n’étaient pas inconnus, mais la jeunesse de l’époque n’avait pas eu grand chose à se mettre sous la dent :
-  Une édition irrégulière de Batman et Superman chez Sagédition avec la particularité d’alterner pages couleur et noir et blanc.
-  Le fantôme et Mandrake aux Editions du Rempart
-  Les mêmes avaient publié Tonnerre quelques années auparavant (une dizaine de numéros des Thunder Agents en majorité par Wallace Wood)
-  Quelques numéros petits formats en noir et blanc chez Arédit essentiellement du DC

Les deux derniers avaient d’ailleurs dû indiquer assez rapidement la mention " pour Adultes ". De plus à l’époque DC n’avait pas encore subi la révolution " Neal Adams " aussi tout cela suscitait un léger ennui.

Et là, un magazine nous proposait des histoires pleines de bruit et de fureur avec des héros faillibles pétris de sentiments humains et qui, comble du réalisme, avaient des problèmes (intégration, soucis financiers, problèmes relationnels ... ).
Cela peut faire sourire à présent mais pour l’époque c’était vraiment une grande claque dans la gueule.
Au numéro 4, ils étaient rejoints par l’araignée qui avait, lui aussi, son lot de soucis.

(JPEG) Je ne m’étendrai pas sur ces épisodes qui sont disponibles facilement en ré-édition. Sauf pour signaler que depuis les costumes et la thématique de Spidey et des FF ont peu évolué, les vilains des débuts font fréquemment des retours (preuve de la force des concepts) et le Surfer y a acquis une popularité qui ne s’est jamais démentie. Sans doute parce que le dessin de John Buscema semblait très moderne par rapport à ceux de Steve Ditko et de Jack Kirby qui allaient évoluer vers plus de maturité et que le thème du pacifiste Silver Surfer = Jésus Christ trouvait un écho important (n’oublions pas qu’on était en pleine période Hippie et que Jésus-Christ était une super-star ! )

Hélas, c’était trop beau pour durer : en août avec le numéro 7 le couperet tombe, ce numéro est le dernier.

La commission de Surveillance et de Contrôle (la censure, quoi) signe la mort de Fantask avec le texte suivant : " Cet organisme a considéré que cette nouvelle publication était extrêmement nocive en raison de sa science-fiction terrifiante, de ses combats de monstres traumatisants, de ses récits au climat angoissant et assortis de dessins aux couleurs violentes. Il a estimé que l’ensemble de ces visions cauchemardesques était néfaste à la sensibilité juvénile. "

On apprendra par la suite que c’était surtout la douce Chose aux yeux bleus qui posait problème. C’était le premier heurt d’une longue liste qui allait pousser Lug à l’auto-censure, car comme on dit : " Chat échaudé craint l’eau froide ! "

Heureusement, un court communiqué en bas de page redonne confiance en l’humanité : au mois de janvier 1970 paraîtra une nouvelle revue Strange avec les X-men, Iron Man, Daredevil, et le Surfer. Yeeesss !
Petite déception quand je verrai ce fameux n° 1, mais j’y reviendrai peut-être lors d’un prochain article, mais sachez déjà qu’il résoud de manière bizarre ce " problème " de couleurs.

(JPEG) PS : Cette revue restera à jamais dans ma mémoire de sa revue soeur, Wampus, qui connut des ennuis similaires pour la " violence " de son scénario.

PPS : Je veux en profiter pour rendre hommage à Mme Claude VISTEL qui a amené ces héros dans ses bagages au retour d’un voyage aux USA, et à sa ténacité pour les imposer, sans laquelle l’histoire des comics en France n’aurait pas été la même. Chapeau Bas ! ! !

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 3510 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/