Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

Spider-Man #055


jeudi 12 août 2004
L'avis de Hush


Marvel France

Venom, Spectacular, Unlimited et l’anniversaire de Peter Parker alias Spider-Man, voila un programme faste pour ce mois qui entrera dans les annales du comic-book :

(JPEG)
-  Venom #10 : La Traque (5)

Mon Dieu ! I Dream !!! Est ce que les artistes écrivent la "story line" dans le désordre ? Les gars de chez Marvel auraient-ils perdu des planches ? Joe, si tu peux nous répondre ?
Ce sont les phrases que je prononce depuis près de quatre mois vis-à-vis de cette série. Tout comme le père Kab, je n’y comprends rien. Le nom de l’arc (« Run » in english) coïncide parfaitement avec les sensations post-lecture : ça court tellement que je n’arrive pas à suivre.
Et jusqu’où allons-nous courir ? Devrons-nous attendre février, date de publication du Marvel Knights : Spider-Man de Millar et Dodson ? A oublier le plus tôt possible et à placer au panthéon des comics les plus incompréhensibles du monde réel et des univers parallèles.

-  Spectacular Spider-Man (Vol. 2) #6 : Compte à rebours

Suite au statu quo de la saga précédente avec Venom, Paul Jenkins met en scène un autre célèbre adversaire de Spidey ; en l’occurrence un Docteur Octopus plus puissant et déterminé que jamais à ruiner la carrière du célèbre Monte-en-l’air.
Même constat que pour la saga « La Faim au ventre », le scénariste débute son intrigue de forte et belle manière en cadrant celle-ci dès le début. J’attends, avec une certaine impatience, la suite pour confirmer ou infirmer ce sentiment. Quant à Humberto Ramos, ses dessins sont de tout premier ordre et seyent à ravir à l’arachnide de Marvel. Bien que rajeunissant à outrance Peter Parker et son univers, les poses sont superbement rendues, les situations sont clairement exploitées et son découpage s’avère parfait.
Illustration du propos à travers la séquence réunissant Doc Ock, relooké pour l’occasion, et Spidey. Excellente.

Un début prometteur et de grosses attentes à confirmer. On croise les doigts.

-  Spider-Man Unlimited (Vol. 3) #1 : Quelques mots d’amour...

Pour entamer ce nouveau volume, Joseph Goodrich nous narre une bien belle histoire mêlant détresse, tristesse et espoir. Au-delà de bastonner des vilains, le scénariste tend à valoriser l’un des devoirs informels du super-héros, en sus de sauver des vies : (re)donner l’espoir et le sourire aux plus mal lotis, comme c’est le cas pour la silencieuse Stella, atteinte d’une leucémie.
Pour le rendu visuel de l’œuvre, ce rôle revient au dessinateur de manga, Takeshi Miyazawza. Le comic intègre ainsi un ton typique du médium japonais. Epuré mais efficace. Au-delà d’un cliché, il s’agit d’un récit bourré d’émotion et d’attention. Bien que je ne lirais pas tous les mois ce genre d’histoire, elle a le mérite d’aérer l’ensemble de la revue. C’est frais.
Un très beau moment pour fermer la revue. Merci messieurs.

-  Amazing Spider-Man #500 : Joyeux anniversaire (3/3)

Perdu dans l’espace intemporel, Peter Parker se retrouve coincé entre son passé d’étudiant et son dernier combat au champ de bataille, l’amenant à une mort certaine. Avant cela, il a le devoir de retourner dans le présent afin d’éviter l’erreur commise dans les précédents épisodes. En effet, le terrible sorcier Dormammu est de retour. Pour revenir dans l’instant présent, Docteur Strange envoie Spidey face à sa vie, ses ennemis, la mort de sa vie, tous ses instants-clefs, qui forment le chemin du retour à la réalité.
Eprouvant au commencement et au fil de l’histoire, le récit en devient terriblement émouvant à sa conclusion, via le cadeau de Peter. Mais je n’en dirai pas plus, promis. Ce 500ème épisode peut être comparé à un énorme gâteau d’anniversaire pétri avec amour par la fameuse famille Romita (John Sr. qui reprend du service pour l’occasion, un régal et Jr.) et par un John M. Straczynski inspiré. C’est dans le Wizard #15, que le génial scénariste de Babylon 5 avait déjà déclaré avoir « pensé à quelque chose qui serait vraiment cool [...] » pour la fin du Tisseur. Insatiable gourmand, il bat généreusement une crême bourrée de bons ingédients tels que du Dr. Strange (dont il doit écrire le synopsis et les premiers scripts), un soupçon de magie, des pépites de guest-stars et une pointe de mysticisme.

La cerise reste la conclusion de l’arc, qui rassemblera tous les lecteurs de Spidey autour d’une conversation des plus émouvantes. Un très très grand moment, croyez-moi.

Au delà du symbole numérique, l’équipe créative marque, à cette occasion, l’histoire du mythe de Spider-Man d’une emprunte indélébile.

Vous l’avez compris, bien qu’accompagné des très bons « Spectacular » et « Unlimited », c’est bien « Amazing » qui tire son épingle du jeu en éclipsant (euphémisme) ses acolytes. Un chef d’œuvre qui rend ce 55ème numéro de Spider-Man tout simplement mythique. A savourer.

L’avis de Kab :

Cela fait 500 numéros que cette série nous fait rêver. Pour les 400 numéros, J.M De Matteis et Mark Bagley avaient fait très fort en tuant Tante May. Elle dit à Peter qu’elle savait depuis des années qu’il était Spidey, puis elle meurt.
Aujourd’hui Stracz et Romita Jr nous proposent de voir la fin et les débuts du tisseur, avant de parcourir sa vie. Personnellement, je m’attendais à mieux voir peut-être plus long. Je me sens quelque peu floué, mais les dernières pages avec Romita Sr rattrapent l’épisode qui à mon avis nécessite une relecture pour être apprécié.

La chronique d’Amazing Spider-Man #500

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1301 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/