Samaritain s’est fait prendre en traître par ses co-équipiers. Ces derniers l’ont obligé à prendre sa soirée, mais en plus ils lui ont donné un rencard avec Winged Victory. Le problème, c’est que nos deux héros ont renoncé à leur vie privée depuis si longtemps, ne font que se battre contre diverses menaces, qu’ils ne savent plus communiquer comme deux personnes normales. Habillés dans leurs tenues de héros, ils se rendent dans un restaurant. La table est tout de suite libérée mais ils n’arrivent pas à être tranquilles.

Samaritain a une idée et les voilà chez Beefy Bob’s, mais dans leur identité secrète. L’endroit est bondé et bruyant, personne ne leur prêtera attention ainsi qu’à leur conversation. Le Samaritain raconte son histoire à Winged Victory. Son identité secrète d’Ana Martin, le fait qu’il est journaliste, qu’il vient du futur et que ses pouvoirs sont un accident dû à son voyage temporel. Sa mission et ce qu’il a perdu.

Puis c’est au tour de Winged Victory. Cette dernière explique plutôt ses choix. Elle privilégie les femmes, elle veut être un rôle modèle pour elles. La nouvelle désoriente quelque peu Samaritain qui voit qu’à choix égal sa collègue préférera sauver une femme. Puis la discussion dérive sur les écoles qu’elle a créées.

Vient le déclic, Winged Victory n’est pas rentrée chez elle depuis deux ans. Samaritain tente de la réconforter, mais elle s’offusque surtout que Samaritain n’ait le temps pour rien et que son identité ne lui serve pas à grand-chose. La discussion continue de s’envenimer quand Samaritain lui explique qu’elle ne voit la vie qu’au travers son costume. C’en est trop pour notre héroïne qui préfère partir.

Samaritain la rattrape et dans un moment de calme ils s’embrassent avant de repartir vers leur devoir.

En 1995, Superman est éperdument amoureux de Lois Lane et la plupart des fans se demandent si une romance avec Wonder Woman ne serait pas plus appropriée pour l’homme d’acier, vu qu’elle comprend sa partie héroïque.

Au travers de cet épisode, Kurt Busiek répond plus ou moins à la question. Oui, mais pas sûr que ça marche. Samaritain, la version toujours sur la brèche de Superman, n’a qu’une identité secrète de façade et n’a le temps pour rien hormis son combat contre le crime. Winged Victory est comme Wonder Woman, un leader de cause (ici féminine, là ou Wonder Woman parle à tous, surtout sous l’ère Rucka) qui ne consacre son temps qu’à son combat contre le crime et à son aide aux femmes. On voit bien que les deux manières de penser ne sont que peu compatibles et Busiek fait en sorte de faire monter le ton petit à petit, jusqu’au départ un peu physique de Winged Victory. Pourtant sur les dernières cases Busiek s’aménage une porte de sortie montrant bien l’attraction entre les deux personnages et la possibilité d’un couple.

Un épisode des plus tranquilles de la part du scénariste, l’essentiel de l’histoire étant une longue conversation entre les deux super-héros. Pourtant, de par son sens du dialogue et sa narration, Kurt rend le tout intéressant. En plus, les arrière-plans de la discussion sont agrémentés d’affrontements entre héros et vilains, les héros couvrant la soirée de repos des deux tourtereaux. Une bien habile façon de montrer un peu de dynamisme sans pour autant enlever de la place à son intrigue.

Brent Anderson est toujours au dessin et il fait toujours autant de miracles à mes yeux. Un pur régal pour les yeux.

Mon avis : fin du premier cycle, un cycle uniquement composé de petites histoires, mais l’univers d’Astro City semble déjà riche et plein de promesses et c’est un vrai régal que de lire ces épisodes et d’en découvrir un peu plus à chaque aventure.

Publication française dans Astro City (Collection privilège) aux éditions Semic.