Gotham City, un laboratoire Waynetech à été cambriolé et fut l’object d’un massacre très symétrique. De quoi mettre Batman sur la piste de Double Face.

La semaine d’après à New-York, Daredevil tente de retrouver deux techniciens disparut dans les égouts. son chemin croise celui de la chauve-souris qui continue son enquête sur le vol du prototype neuronal dans les labos Waynetech. Daredevil à par inadvertance du sang sur les mains, ce qui amène le Dark Knight à pensé qu’il est un vilain. Les deux héros s’affrontent pour mieux se rendre compte qu’ils sont du même bord. Batman explique ensuite sa venue à NY. Tête à corne veut l’aider, mais le justicier de Gotham refuse. Les deux vont enquêter chacun de leur côté, mais se retrouver pour contrer Double-Face qui s’est plié à Hyde.

Dan Chichester est l’un des grands scénaristes de Daredevil, mais il est arrivé après le run de Miller et Nocenti, autant dire que malgré les qualité du scénariste c’était très dur de passer après. toujours est-il que son tandem avec Scott Mc Daniel aura marqué le titre et c’est donc pour ça que Marvel et DC font appel à lui pour le premier crossover entre le justicier aveugle d’hells Kitchen et celui de Gotham.
Je dois dire que Chichester s’en sort plutôt bien, L’histoire est assez classique, mais on ne pouvait en attendre forcément plus, on retrouve les poncifs des crossovers a savoir les héros s’affrontent pour après s’entre-aider, enfin presque. Puisque la petite différence c’est que Batman ne veut pas de l’aide de Daredevil et qu’après s’être affronter, les deux héros ne vont pas pour autant s’aider. Il vont s’entre croiser et faire un combat commun, mais chacun de son côté. Il n’y aura pas d’amitié non plus derrière. C’est un point que j’ai particulièrement apprécié.
On retrouve les marottes de Chichester comme les intrigues liés a la technologie, les connections neuronals entre le cerveau et un ordinateur ou autres, internet… Le tout sous une noirceur de polar plutôt lourde, bien aidé par un Scott Mc Daniel en grande forme.

Ce dernier à dessiné les deux héros, mais c’est surtout sa longue prestation sur Nightwing qui l’aura fait connaitre. D’ailleurs on retrouve ici, l’approche de Nightwing plutôt que celle qu’il avait sur Daredevil. Le trait est plus rond, plus cartoony. L’encrage est aussi bien plus épais. Dans ses DD, l’artiste avait un trait plus fin et un encrage très léger au niveaux des traits. Par contre l’ambiance sombre est toujours aussi présente.

Mon avis : un petit crossover loin d’être mauvais surtout pour un one-shot. Rien de bien folichon, mais c’est très correct et très bien fait. Donc pourquoi se priver d’un petit plaisir de lecture.

Parution française dans Marvel Crossover #03 aux éditions Panini Comics.

Catégories