JLA/Titans #01-03 : The Technis Imperative

Scénario : Devin Grayson / Phil Jimenez, Dessin : Phil Jimenez Encrage : Andy Lanning, Couleur : Jason Wright

Dans l’espace, Starfire est attaqué par une entité et se fait capturer. A Métropolis, Garth  se souvient des Titans et de son amitié avec Vic et le raconte à Argent. Il est interrompu par l’arrivée de Prysm et Fringe qui les préviennent d’un danger vent sur Terre.

Sur la lune, la JLA est entrain de réglé un nouveau dispositif, quand quelque chose en metal arrive et vient tout détraquer. Cette matière finit par se disperser en plusieurs fractions, créant de nombreux dommages que Superman et d’autres héros tentent d’endiguer. Les plusieurs parties semblent être des vaisseaux à la recherche des différends Titans passé. Comme Flash, Atom, Nightwing, Raven…

Puis quelque chose finit par engloutir la lune. Les conditions climatiques se dégradent et tous les héros sont de sorties. Orion tentent de lutter contre l’engloutissement de la lune, mais chaque décharge contre l’entitée à des répercussions sur la Terre.
Sur Titan Island, certains de nos jeunes héros se réveillent et sortent de la stase d’ou ils ont été placé. Garth comprend qu’il s’agit de Vic et qu’il essaie de recréer sa famille. La JLA finit par retrouver leur sidekick et veulent mettre fin à la menace qu’est devenue Cyborg, mais les Titans voient le problème d’un autre oeil et veulent avant tout sauver leur amis. La situation s’envenime et les deux groupes en viennent aux mains. Le combat fait rage exactement comme l’avait prévu et voulu Batman. Nightwing avec l’aide de Raven emmènent les titans originels sur la lune pour parler à Victor et le faire revenir à la raison. C’est surtout Garth son meilleur ami qui débloquera Cyborg et le ramènera auprès de ses amis.

Avant de devenir scénariste attitrée de Nightwing, Devin Grayson a écrit des épisodes de Batman, mais aussi ce crossover JLA/Titans qui avait pour but de relancer l’équipe de jeunes de chez DC. A travers trois épisodes très denses elle fait ce que DC sait faire de mieux, des héros iconiques devant faire face à une menace des plus importantes. A travers la menace elle fait appel à tous les personnages ayant un jour été un Titans, même si c’était pour quelques secondes (comme ce fut le cas pour Atom). A travers ce très grands nombre de personnages elle utilise une petite astuce permettant de bien savoir qui est qui. Puis elle accentue son travail sur le premier groupe composé à l’époque de Donna Troy, Flash, Beast Boy, Nightwing, Red Arrow et Tempest. Les premiers sidekick qui ont formé une équipe pour avoir leur indépendance vis à vis de leur mentor.
Si le travail de recensement ainsi que le niveau de menace est très bien maitrisé, il est dommage que le sujet de la filiation, l’émancipation des jeunes vis à vis de leur mentor soit trop dilué dans une fresque gigantesque. De même que les liens qui unit ce premier groupe ne se trouve mis en avant que dans le dernier épisode. Ca reste malgré tout de très bonnes facture et dans la veines de ces histoires plus grandes que nature.

Au dessin on retrouve celui qui fut longtemps un émule de Georges Perez, Phil Jimenez. L’artiste à la même propension à créer des planches remplis de personnages, de détails, le tout sans que ce soit illisible. Pourtant ici l’artiste a de petits soucis de mis en page nuisant à la lecture. Chaque personnages est bien représenté, mais la surcharge de personnage et de petits moment pour chaque héros créé un ensemble parfois dur à suivre et c’est bien dommage. A noter que c’est Mark Buckingham qui s’occupe de la conclusion en quelques pages.

Mon avis : une réussite quasi totale pour ce crossover très bon que je conseille vraiment, même si Jimenez à vouloir trop en faire nuit à la lisibilité.

Parution française dans spécial DC #5 aux éditions Semic.

Catégories