Dents de Sabre a un nouveau dispositif créé par Hank et Bishop pour l’empêcher de blesser un des mutants de l’école. Il le teste en salle des dangers face à Psylocke sous les yeux de Warren, Mc Coy et Xavier. La télépathe gagne le combat puis se fait draguer par Creed et semble lui répondre, ce qui manque pas de rendre jaloux le ténébreux Archangel qui préfère quitter la salle de contrôle pour ruminer sur sa vie et ses récents déboires tout en regardant Jean et Scott préparer leur mariage.
Il est interrompu par Jubilé qui distribue le courrier. Il vient de recevoir une invitation de la part de Shinobi Shaw pour le gala annuel du club. Betsy arrive au même moment et lui rappelle qu’elle a aussi été membre puis part se préparer pour la soirée tandis que Warren va en parler au professeur.
Le soir même, nos deux X-Men sont sur leur trente et un et se jettent dans la gueule du loup. Lors de la soirée, ils croisent Dwayne Taylor et Ronald Parvenue avant d’être emmenés à part par Tessa qui les met K.O. Ils se réveillent dans d’autres vêtements face à Shinobi dans les sous-sols du club. Shaw veut les recruter et compte influencer la décision de Worthington en jouant sur leur passé quand ils se voyaient enfants, diriger le club est leur héritage, leur destinée. Comme cela n’a pas de prise sur Warren, il s’en prend à Psylocke, mais là encore, ça ne fonctionne pas et notre couple sort laissant un Shinobi seul et aussi terrifié que lorsqu’il était enfant.

Encore un épisode très calme où le côté soap est mis en avant surtout quand on voit le début d’une création de couple entre Betsy et Warren. En fait, toute l’intrigue est faite pour montrer que Warren a des sentiments pour sa co-équipière.
Nicieza profite de l’appartenance commune à la bourgeoisie de Braddock et Worthington pour relancer le Club des Damnés qui n’était pas apparu comme une menace depuis quelques années. Il semblerait que le scénariste aime bien l’endroit vu qu’il avait utilisé Emma Frost et ses Hellions pour une histoire avec les New Warriors. D’ailleurs, Nicieza fait un clin d’oeil à son autre série en intégrant le temps d’une case Dwayne Taylor qui n’est autre que le leader de la première équipe sous le nom de Night Fighter.
En relançant le Club des Damnés, Nicieza remet sur le devant de la scène le fils de Sebastian Shaw. Il en fait un mutant mais qui n’est pas la menace que pouvait être son père. Le jeune homme semble tourmenté par son enfance et les brimades qu’il a subi étant plus jeune mais il faut se méfier des vilains fragiles psychologiquement car avec un bon scénariste, cela peut donner des histoires assez folles.
Toujours en stand alone, Fabian continue de faire avancer sa barque en nous mettant le minimum d’action et d’intrigue principale préférant se concentrer sur les personnages eux-mêmes. Pour le moment, c’est un avantage mais le manque d’intrigues de premier plan (il y en a par contre un paquet au second, Dents de Sabre à l’institut, les deux Betsy Braddock, Le virus Legacy, le mariage de Jean et Scott…) ne vas pas tarder à se faire sentir s’il persévère dans cette voix.

Au crayon, toujours le très stable Andy Kubert. Je l’ai trouvé très à son aise sur la partie se passant dans le Club. Il sait parfaitement dessiner de très beaux costumes et robes de soirée. Il semble s’y connaitre et il a fait des recherches, ce qui reste un très bon plus et vu que ces personnages sont tous des sortes de dieux de la beauté, c’est très agréable pour l’oeil.
Pour le reste, il faut bien dire que c’est très standard, toujours un peu statique mais il reste un dessinateur très régulier et cette stabilité apporte elle aussi un plus.

Parution française dans X-Men #14 aux éditions Semic.

Catégories