Divine_Right#08Max Faraday est pour certains l’élu. Le pouvoir qu’il détient fait de lui un dieu en terme de pouvoir et messie pour ses adeptes. Devan et Jenny voient Max s’éloigner de plus en plus de la personne qu’il est. Son meilleur ami tente de le raisonner mais il se fait rabrouer. Leur inquiétude augmente quand ils arrivent dans un village et que tous s’agenouillent devant Max et qu’il dit qu’ils sont ses enfants.

Pendant qu’ils se repose, Max avec l’aide de Brande tente de mieux cerner son pouvoir. Il parvient à voir où se trouve Suzie et à se faire voir. Bien décidé à ne plus perdre de temps, il remet ses amis en route. Mais face à eux, se trouve Acheron, frère de Tobruk et allié de Lazarus et centaines de Rath. Max prévient Acheron de le laisser passer mais ce dernier refuse. Le combat s’engage mais Faraday n’y prend pas part. Sur les conseils de Brande, il part pour l’endroit où se trouve sa petite amie. Blaze décide de le suivre pour garder un oeil sur lui car elle voit bien que le jeune homme y croit de plus en plus et trippe en se prenant pour un dieu.

Face à Lazarus et ses sous-fifres, Max montre sa colère mais redevient normal lorsque Suzie est amenée devant lui. Blaze le prévient et lui demande de ne pas redevenir ce qu’il était avant mais en vain, Susanna est tuée sous ses yeux. Le cri de désespoir de Max lié à ses pouvoir ébranle le monde vide tuant tous les Rath présents. Il utilise son pouvoir pour ramener son âme soeur à la vie et y parvient. Pendant un cours instant, il n’y a plus de Dieu, d’équation, de monde vide, juste deux amoureux qui se retrouvent enfin mais c’est un instant fugace que Lazarus brise, ramenant le Max Faraday qui se prend pour un dieu.

Divine_Right#09Jim Lee et Scott Lobdell décident d’en finir avec l’intrigue principale à savoir la recherche de Suzie. Ils utilisent la méthode flashback ce qui leur permet de commencer par une grosse scène à suspens avant d’aller dans le présent pour prendre le temps d’expliquer la roue de la création et l’équation. Puis retour dans le passé pour raconter comment l’histoire s’est finie avec une voix off un peu trop présente mais tout de même agréable. Le personnage de Max est celui qui évolue le plus bien évidemment. Il passe de jeune étudiant à type perdu dans un grand tout à je tente de comprendre mes pouvoirs de messie puis Dieu en colère. Malgré l’incroyable rapidité de la chose, pas plus de quatre jours,) je trouve que ça reste pas mal fait. Dommage que les autres ne soit pas travaillés du tout. Du coup, les méchants n’ont aucun charisme ni intérêt vu qu’ils ne sont pas travaillés et qu’on ne connait qu’à peine leur motivations.

La partie graphique est bizarre. Je ne sais pas si c’est un défaut de l’exemplaire que j’ai ou si c’était prévu comme ça mais mes planches ne se lisent pas de gauche à droite. J’ai du retourner le magasine à 90° pour pouvoir lire une planche par une en soulevant par le bas pour avoir la suivante. Ce côté de grande planche en verticale avec une impression de compressé à l’horizontale sans compter que c’est pas super pratique à lire et que je ne trouve pas que ça mette le dessin de Lee en valeur, dessin bien en baisse d’ailleurs. Son trait est méconnaissable à certains moments.

Voilà l’intrigue est bouclée mais je dois dire que la série à perdu de son fun et de son charme en cours de route. C’est moins intéressant et moins plaisir coupable pour juste devenir mauvais sans plaisir.

Parution française Divine Right #04-05 aux éditions Semic.