Hot Dog, le chien de Jughead est mort. Il l’emmène chez Sabrina pour que la jeune sorcière lui vienne en aide. Malgré les grands pouvoirs de ses deux tantes, l’animal reste dans le même état. Sabrina se décide à agir et utilise le Necronomicon pour le faire revenir à la vie. Le lendemain, les jeunes étudiants de la ville de Riverdale se préparent pour le bal costumé du soir. Archie se fait du souci pour son ami Jughead qui est malade et n’est pas venu à l’école. Il va le voir et ce dernier lui apprend qu’il doit rester au lit à cause d’une maladie inconnue et qu’il faut éviter de croiser son chien.

Au bal costumé, tous s’amusent à l’exception de Reggie. Jughead arrive enfin avec ce qui semble être un déguisement de zombie. Sa fiancée Ethel s’approche de lui et il la tue. Avant qu’il ne puisse mordre Veronica, Archie réussit à le retenir et avec les autres survivants, les jeunes étudiants fuient l’endroit où avait lieu la fête pour se réfugier au manoir Lodge où vit la famille de Veronica. Archie retourne à Riverdale pour retrouver ses parents mais son père est devenu un mort-vivant et il ne peut sauver que sa mère. Le manoir attaqué de tous les côtés par les zombies menés par leur ancien camarade Jughead, le petit groupe de survivants, avec Archie à sa tête, prend la fuite grâce à un plan ingénieux du jeune rouquin.

Cette mini-série a vu le jour à la suite d’une conversation entre le scénariste Roberto Aguirre-Sacasa et le dirigeant d’Archie Comics Jon Goldwater et son fils Jesse sur une couverture alternative de Life with Archie #23 par Francesco Francavilla mettant en scène Archie dans un cimetière avec ses meilleurs amis en zombies. Il est surprenant de mélanger l’univers coloré d’Archie avec celui plus sombre des zombies mais Archie Comics a trouvé les deux hommes de la situation en Roberto Aguirre-Sacasa et Francesco Francavilla.

Aguirre-Sacasa connaît bien l’univers d’Archie pour avoirt écrit les épisodes où le casting du comic-book rencontre celui de la série américaine Glee. Il sait utiliser les forces et faiblesses des personnages principaux, Archie devient ainsi un chef naturel et malgré leur amour commun du rouquin, Veronica et Betty restent unies face à ce monstrueux péril. Il utilise parfois un autre personnage en voix-off, comme le majordome des Lodge dans le #05, ce qui permet de diversifier l’action et d’enrichir le casting de personnages existants.

De son côté, Francavilla se sert d’une palette de couleurs assez complète et il est étonnant d’y trouver peu de rouge, ce qui est pourtant disponible à profusion d’habitude dans un récit de morts-vivants. On a l’impression qu’il donne même à chaque personnage une couleur différente mais l’ensemble ne fait pas trop surchargé. Il sait très bien utiliser la tension qui s’exprime par le biais d’yeux ou de visages terrifiés.

Afterlife with Archie est pour le moment une réussite et j’attends la suite avec impatience pour voir ce que va nous offrir son tandem artistique.

Mon avis : Mortellement Conseillé.