Batman le seul, vrai et unique est revenu au meilleur moment. Il est là face à Hurt prêt à en découdre. Il est apparu au moment le plus opportun pour sauver la vie de son disciple et de son fils. Après avoir combattu les 99 démons, les trois hommes se séparent. Dick et Damian vont sauver Gotham d’une explosion thermonucléaire tandis que Bruce s’occupe de Hurt et doit sauver Alfred.

Bruce affronte l’un de ses ennemis des plus coriaces depuis de nombreuses années. Hurt ne semble pas vouloir s’arrêter et il faudra qu’il soit mort. Batman est obligé de le laisser partir pour sauver Alfred. Le Joker se tenait prêt et attendait. Il est bien décidé à rester LA némésis de la chauve-souris.
A Gotham, Damian doit agir sans Dick blessé par une balle à la tête. Après avoir utilisé la foule contre Pig,t le jeune prodige doit désamorcer seul sa bombe.

La famille des super-héros de l’ombre est enfin réunie mais Bruce a une dernière grande annonce à faire. En effet, il déclare à la presse être le financier de Batman et vouloir aller plus loin en créant Batman Incorporated.

Ce numéro est le dernier par Grant Morrison qui va laisser la place au duo de Green Lantern Corps composé de Tomasi et Gleason. Le scénariste écossais va lancer une nouvelle série intitulée Batman Incorporated qui sera sa dernière grande histoire sur Batman.
Cet épisode n’est pas intégré au dernier arc, ce qui m’a semblé bizarre vu qu’il s’agit en réalité de sa conclusion mais aussi de l’histoire du Gant Noir. On voit bien que c’est la fin d’une longue période de travail pour Morrison et la suite sera dans sa droite lignée. Le Gant Noir et la mythologie de Barbatos sont maintenant de l’histoire ancienne, place au futur !

De nombreux dessinateurs sont présent pour la fin d’une époque. On retrouve Cameron Stewart, Chris Burnham (artiste de la série Batman Incorporated) et Frazer Irving. Les trois styles ne se marient pas du tout car ils sont vraiment trop différents. C’est dommage car du coup, on perd une unité qui aurait été intéressante. Bien évidemment, chacun des trois est très bon dans sa partie mais la sauce ne prends pas.

Mon avis : un épisode assez faiblard pour du Morrison. L’ambiance de l’arc précédent était bien plus forte et l’intérêt reste le cliffhanger de fin.

Parution française dans Batman Universe #08 et 09 aux éditions Panini et dans Grant Morrison présente Batman #06 aux éditions Urban.

Catégories