Toni est morte des mains du « Vampire ». Pour une fois, toute la famille fait front derrière notre cibopathe qui perd le second amour de sa vie après sa femme il y a de nombreuses années. Tony reprend du service à la RAS et est plus déterminé que jamais. Il enchaine les enquêtes les plus diverses.
La première concerne un club de sport où toutes les personnes ont été victimes de combustion spontanée. Chu ne cherchant plus à ne pas utiliser son pouvoir remonte vite la piste, une société distribuant une boisson ratée brûlant des calories qui brulait les gens. Bien que retirée de la circulation, elle est de nouveau en vente et améliorée. La grande prêtresse a réussi à en modifier la formule pour que la boisson ne consume que les gens ayant mangé du poulet. C’est le début pour elle d’une guerre sainte contre cet animal.

Toujours accompagné de son co-équipier Colby, Tony se rend ensuite sur une prise d’otage et parvientfacilement à y mettre fin même si ces méthodes ne sont pas très orthodoxes. Vu que l’affaire est rapidement résolu, Cesaro et Colby décident de déjeuner ensemble. Durant le repas, le cyborg comprend enfin que Cesaro travaille toujours avec Savoy. Après une courte bagarre, John accepte un rendez-vous avec l’ancien mentor de Chu.
Colby n’est pas en reste non plus dans sa vie privée. Pour faire réintégrer son ami, John s’est remis en ménage avec le patron du RAS mais son ex-amante veut retrouver son amour et décide d’emménager avec eux menant une parfaite vie à trois où John est le centre de toutes les attentions pour son plus grand malheur.

La vie privée de Tony change aussi. Vu qu’il a décidé d’être plus présent pour sa fille Olive, il commence d’abord par un diner. Avant cela, il a encore plusieurs missions à effectuer. L’une d’elle l’envoie dans un camp d’entrainement de la secte terroriste de l’oeuf immaculé. En affrontant quelqu’un avec des pouvoirs, il découvre l’adresse du « Vampire ». Il s’y rend et dine face à son ennemi juré. Les deux hommes en profitent pour se déclarer une guerre ouverte et personnelle.
A son retour, Tony doit faire face une nouvelle prise d’otage qu’il résout presque aussi vite que la précédente mais de manière moins violente. Il y reçoit un message de la grande prêtresse qui l’invite à la rejoindre.

John Layman accélère le rythme et nous offre toujours des histoires intéressantes. Les enquêtes multiples sont un peu redondantes mais les nombreux personnages tous plus bizarres les uns que les autres (le scénariste s’éclate à créer des pouvoirs tout plus déjantés que les précédents) rend l’ensemble très intéressant. Petit bémol cependant, même si je trouve la galerie excellente, voir des personnages à pouvoirs à chaque fois tend à banaliser les pouvoirs du héros alors qu’il me semble que c’était assez rare d’avoir ce genre de capacités.
L’intrigue général avance à grands pas avec de nombreux rebondissements (celui sur les orteils, la nouvelle vie de Colby, Savoy…) et avec la guerre ouverte entre certains protagonistes, il semble que chaque personnage a pris position. Il reste encore beaucoup à faire et à raconter mais il semblerait qu’on avance un peu plus que dans les deux derniers bouquins.
Comme toujours, Layman manie avec brio l’humour et l’action rendant ses récits attractifs et faciles à lire. Malgré le nombre de numéros et de personnages, les pages récapitulatives sur les pouvoirs sont toujours aussi bien vues. C’est comme toujours vraiment d’une très bonne qualité.

Au dessin, c’est encore Rob Guillory qui continue de me plaire. Je sais que le dessinateur a ses détracteurs mais moi, je l’apprécie toujours autant. Son style cartoony est vraiment parfait avec cette série. J’ai adoré voir la famille de Chu et qu’ils ont quasiment tous la même tête. Il sait donner un côté absurde mais pas dans le mauvais sens du terme.

Mon avis : Encore un volume de haute volée et même si les intrigues avancent, l’ensemble reste très accessible à tout potentiel nouveau lecteur.

Parution française dans Tony Chu #07 : Dégoûts et des douleurs… aux éditions Delcourt.

Catégories