Eric et Nicky sont deux frères qui s’amusent dans le jardin. Eric s’appelle l’éclair rouge, Nicky le traceur. Dans le jardin, il y a un arbre. L’éclair rouge (qui est un vilain) y monte pour échapper à son ennemi. Hélas, l’une des branches cède et Eric tombe se blessant gravement. Leur mère prend la cape d’Eric qui était tout pour lui et lui dit qu’elle est détruite. Le temps passe, Nicky rencontre une fille du nom d’Angela. Elle lui préfère son frère. Les années s’écoulent, Angie et Eric continuent leur vie ensemble et elle devient une infirmière tandis que celui qu’elle aime ne se contente que d’être livreur toujours tourmenté par des migraines. Il finit par se soigner avec un produit illégal et est arrêté. Sans moyens, Angie décide de rompre avec lui quand ils se font virer de leur appartement. Eric retourne alors dans la cave chez sa mère. Nicky est entre-temps devenu un brillant médecin et vit à Boston.

Un soir alors qu’il a froid, Eric prend ce qu’il pense être un plaid mais qui s’avère n’être que sa vieille cape et encore plus surprenant, elle lui permet de voler. Il retrouve alors son ancienne compagne, lui montre ce qui vient de lui arriver et l’emmène faire un tour comme Superman l’aurait fait avec Lois. Persuadé qu’Angie a couché avec son frère et n’ayant pas digéré leur rupture, il la laisse tomber dans le vide.
Quelques jours plus tard, deux inspecteurs de police veulent le voir. Ils lui posent des questions et lui prélèvent des morceaux de cheveux pour faire une analyse ADN. Suspicieux, ce dernier se rend au zoo et vole un ours qu’il fait tomber sur la décapotable des flics. En rentrant chez lui, il se pose dans le jardin et sa mère le voit atterrir. Inquiète, elle prévient son frère Nicky qui veut lui aussi lui révéler des choses. Seulement voilà, la paranoïa d’Eric lui permet de se douter de quelque chose et il décide de s’en prendre à sa propre mère. Elle parvient tout de même à aller chez Nicky mais il est déjà sur place. Ensemble, ils attendent la venue du jeune médecin. Les deux frères s’affrontent mais leur mère parvient à mettre Eric KO.
Sous la pression de Nick, elle prend un avion pour quitter la région mais Eric intervient. Il ne lui reste alors plus qu’à s’occuper de son frère. Il le blâme lui et sa mère de lui avoir volé sa vie en lui enlevant la cape.

Joe Hill est, au cas où vous ne le sauriez pas, le fils de Stephen King. Il est aussi le scénariste de l’excellent Locke&Key. Avec The Cape, le scénariste voit adapter une de ses propres nouvelles par Jason Ciaramella. Ça se lit vite et bien. Les personnages sont très rapidement identifiables et leurs motivations sont facilement compréhensibles. Les flashbacks permettent de renforcer le côté super-héros de l’histoire et la relation entre les deux frères. Seul le comportement d’Eric est difficile à cerner. Certes, tout le monde peut péter un plomb à un moment donné de sa vie mais il y a selon moi, toujours un facteur déclencheur. Hors, là, je ne le vois ou en tout cas ne comprend pas.
Hormis la psychologie des personnages, Jason Ciaramella fait dans le gore n’hésitant pas à montrer sous différentes formes la violence dans ce comic-book.

Zach Howard se voit confier les dessins et j’ai beaucoup aimé. Il m’a semblé voir une petite touche de Bachalo sur certaines planches et ça n’a pas été sans me déplaire. On retrouve aussi un peu du style de Gabriel Rodriguez au niveau de la gestion des scènes violentes en moins cartoony et plus fin.

Mon avis : j’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire sans prétention qui voit un jeune loser avoir des pouvoirs et les mettre à son propre service voyant toujours petit malgré l’obtention d’un bien immense. Et aussi le fait que les pouvoirs ne servent que de prétextes, le scénariste se préoccupant plus des personnages que des pouvoirs.

Publication française dans The Cape aux éditions Milady Graphics.

Catégories