Grande nouvelle ! Silver Surfer #59 est le neuvième et surtout dernier tie-in de la série relatif au Défi de Thanos ! Cet épisode se situe au moment où Nebula vient de s’emparer du Gant de l’Infini, laissant Thanos, son ancien propriétaire contraint et forcé de collaborer avec ses ennemis de la veille, Warlock, le Surfer d’Argent et le reste des héros terriens. Or, si Thanos répugne fortement à travailler avec eux, même si au fond il sait qu’il n’a pas le choix, le Surfer quant à lui est encore plus catégorique. Thanos lui a fait trop de mal, c’est un être diabolique et sous aucun prétexte, il ne veut traiter avec lui. Fatalis propose alors que Thanos et le Surfer, avant de travailler ensemble, règlent une dernière fois leurs comptes à l’occasion d’un duel d’honneur. Un affrontement qui sous les bons auspices du Docteur Strange se déroulera dans une dimension mystique, afin que la Terre et que leurs corps ne soient pas endommagés.

Dans cette mise en scène organisée par le Docteur Strange, le Surfer et Thanos sont représentés par des chevaliers médiévaux qui seront leurs avatars de combattants dans la dimension mystique qui abritera leur duel. La rage, la colère et les frustrations des deux belligérants explosent de toutes parts au cours de ce duel particulièrement violent qui se conclue finalement par la reddition du Surfer, vaincu et écrasé par la puissance du Titan. Ceci réglé, les héros peuvent reprendre leur tâche initiale, soit récupérer le Gant de l’Infini des mains de Nebula. Une ultime mission suicide relatée dans le sixième et dernier épisode du Défi de Thanos.

Dernier tie-in donc pour la série du Surfer d’Argent, et celui-ci est particulièrement réussi. Ron Marz est inspiré et en profite pour régler de manière durable l’antagonisme entre Thanos et le Surfer. Rappelons que nous sommes ici à l’épisode #59 et que leur affrontement dure depuis le numéro #34 de la série ! Un record ! Au dessin, Ron Lim est une nouvelle fois remplacé par Tom Raney, qui a depuis fait bien du chemin, et chez Marvel et chez DC et déjà son style est très intéressant, agréable à l’œil et puissant. Un remplaçant de luxe en quelque sorte qu’on aurait d’ailleurs aimé voir plus longtemps sur le titre. Mais rassurons-nous, dès le prochain numéro, Ron Lim retrouve son poste de dessinateur attitré pour de nouvelles aventures du Surfer d’Argent toujours contées par Ron Marz.

Parution française dans Nova #182 aux éditions Semic.

Catégories