1972, Ruppert Giles est un jeune homme sur le point de passer son examen final de Watcher. Avec ses amis, il est prêt à faire face ou tout du moins, c’est ce qu’il pense. L’irruption d’un démon Lorophage (qui se nourrit des traumatismes des autres) change la donne. Un à un, ses amis meurent sous ses yeux et quand son tour arrive, il ne peut rien faire. Il ne doit son salut qu’à l’intervention des surveillants mais trop tard, Ruppert a perdu une partie de lui, la plus importante pour un enfant, son innocence. Aujourd’hui à Londres, Faith patrouille de temps en temps avec certaines des slayers restantes. Elle apprend qu’une nouvelle vampire est en ville. Elle se fait appeler la Mère Supérieure. Avec Angel, elle demande de l’aide à Alasdair Coames pour retrouver la piste du démon Lorophage car pour Angel, les deux affaires sont liées. Ils finissent par trouver une adresse dans une église déconsacrée transformée en boite de nuit. Après un bref affrontement, ils parviennent devant la Mère Supérieure qui n’est autre que Drusilla qui semble étrangement saine d’esprit. Le démon Lorophage est à côté d’elle et offre à Angel la disparition de ses remords et pêchés. Il refuse car c’est une part de lui qui lui rappelle ce qu’il a pu faire mais qui permet aussi à Angelus de rester en lui. Comme elle ne brise aucune des règles fixées par Harmony, (cf Buffy The Vampire Slayer TPB #05 : Predators & Prey ), nos héros repartent bredouille. Arrivé chez Giles, Faith est surprise de voir son père. Il est sobre depuis six mois et il veut tenter de se rabibocher avec sa fille. Traumatisé par son enfance et son absence de famille, Faith l’envoie paître mais avec les conseils d’Angel, elle décide de lui donner une dernière chance.
Angel les laisse seul et se promène. Ses pas l’emmènent dans la maison de Drusilla alors qu’elle n’était qu’une humaine. La « fille » d’Angel est là, l’attendant avec son démon etveut tenter de sauver Angel même si ce dernier ne pense pas en avoir besoin. Elle lui révèle qu’elle connait sa croisade pour ramener Ruppert à la vie. Pour le prouver, elle parle du nouveau piercing d’Angel qui possède en réalité une dent mystique qui permet à tous les fragments d’âme de Gilles de venir directement dans le corps de notre héros. Troublé, notre vampire parvient tout de même à se sortir du piège de celle qu’il a transformé mais non sans quelques dommages.
Faith n’a que peu de temps avec son père. Nadira ne se contrôle plus et attaque tout ce qui bouge et ses amies slayers ne parviennent pas à l’arrêter. Faith étant plus puissante, elle est appelé à la rescousse. Alors qu’elles se battent, Faith tente de raisonner son amie et lui rappelle qu’elle est passée par cet état. Puis, une fois contrôlée, elle lui propose d’aller voir le démon Lorophage pour qu’il lui enlève sa douleur mais Nadira ne veut pas. Elle veut que sa haine la consume pour pouvoir s’en servir contre ceux qui ont tué ses soeurs slayers.
A peine revenus chez eux, Angel et Faith doivent maintenant résoudre les problèmes du père de Faith qui a un gros contentieux avec un parrain de la pègre irlandaise venu réclamer son dû. Bien décidée à aider son père, Faith donne une grosse valise d’argent mais le parrain n’est pas satisfait. Angel tente de l’impressionner avec sa tête de vampire mais il faut croire que les gangsters changent difficilement d’avis car au lieu de fuir, ils se mettent à tirer. Dans l’action et pour sauver Angel, Faith coupe le bras du parrain. Le combat s’arrête aussitôt et Angel aide le parrain à ne pas mourir puis le menace une dernière fois pour qu’il parte. Faith ne se contrôle plus et quand son père arrive tout sourire pour lui demander si elle a bien tué tous les méchants, elle est à deux doigts de l’assassiner. C’est Angel qui le sauve en le mettant dehors avec l’argent. A son retour dans la pièce, Faith a disparu.
Notre vampire part à sa recherche et tente plusieurs endroits avant d’arriver dans le repère de Drusilla mais trop tard, Faith n’a déjà plus de doutes, de craintes, de peurs et de remords. Elle se sent enfin libre. Angel demande à Drusilla de rendre à Faith ce qu’elle a perdu mais elle refuse et Angel se retrouve alors seul contre tous et est à deux doigts de subir le même processus mais Faith le sauve et ensemble, ils parviennent à mettre hors d’état de nuire le démon. Une fois mort, tout ce qu’il a pris aux humains et autres leur est rendu et ils ne sont pas contents. Drusilla redevient folle et la culpabilité frappe de plein fouet Faith. Angel, lui, a gagné une part de Giles.

Christos N. Gage est un très bon scénariste. Ses différentes séries chez Marvel ont un petit parfum old school qui ne me déplait pas mais pour moi, c’est vraiment avec Angel & Faithque le scénariste prend une ampleur plus importante. Son premier arc était très bon mais là, c’est encore mieux. Le scénariste utilise de nombreux personnages et se paie même le luxe d’inviter Giles alors qu’il est mort. A chaque flashback, on en apprend plus sur lui et sa vie avant Buffy.
Dans cet arc en particulier, Gage met en avant le doute et la culpabilité. Il travaille à merveille les personnages d’Angel et Faith qui sont tous les deux très touchés par cette thématique, que ce soit Angel avec tout ce qu’il a fait en tant qu’Angelus ou Faith qui a tué une personne innocente, un faux vampire et qui s’est acoquinée avec le Maire sans compter le fait qu’elle a torturé Wesley dans le but qu’Angel la tue plus tout ce que l’on sait de sa vie antérieure. Le décorticage de leur peurs et remords sert très bien l’histoire et permet à Christos de ramener Drusilla en saine d’esprit, un personnage que j’apprécie particulièrement et d’introduire le père de Faith que nous n’avions jamais vu auparavant mais que nous pourrions être amené à revoir par la suite.
A me lire, on pourrait croire que l’histoire ne compte qu’une longue introspection continue et bien, c’est en partie vrai. Il y a moins d’action que dans certains comics mais il y en a tout de même. En revanche, l’aspect humour, pourtant une marque du Buffyverse, est plutôt inexistant dans cet arc. Dommage, j’appréciais l’humour pince sans rire d’Angel dans la série télévisée.
A la fin et avec la mise en place officielle du grand plan de Gage, faire revenir Giles, j’avoue que j’ai très très envie de voir comment l’auteur va s’y prendre pour y arriver sans compter les obstacles annexes comme Nadira qui veut se venger de ce qu’a fait Angel quand il était vilain dans la saison 8 de Buffy.
Bref, ça continue bien et ça semble s’intensifier surtout à travers de arcs relativement courts de nos jours, en quatre numéros et même si l’histoire semble peut avancer, on ne s’ennuie pas tant le travail sur les personnages est excellent.
Niveau dessin, c’est Rebekah Isaacs qui officie. Je trouve son style assez proche de celui de George Jeanty, dessinateur de la série Buffy, mais avec un trait plus anguleux et plus fort qui correspond parfaitement à l’atmosphère de la série qui est plus sombre et violente ainsi qu’au caractère de ses héros. Si j’étais un peu sceptique sur le rendu final de certaines planches dans le premier arc, mes doutes se sont dissipés et maintenant j’apprécie le travail très agréable de cet artiste, qui sans faire dans un style flashy ou très reconnaissable est un bon artisan faisant son travail de manière efficace. Le découpage est sobre et réussi, les plans sont du même acabit. Ce n’est pas génial mais c’est très solide et c’est déjà très bien.

Mon avis : Intéressant si on aime les personnages même si l’intrigue générale a un peu de mal à avancer rapidement. Bref, cet arc est recommandé pour tous les fans du Buffyverse. Les autres, passez par le premier tome avant !