Il fallait s’y attendre, Tony et John étaient sur la sellette et seules les prouesses sexuelles de Colby les avaient empêché de se faire virer mais il est maintenant trop tard. Applebee à finit par les muter. Chu est à la circulation et Colby avec la division des animaux. Pour Tony, c’est le jour et la nuit. Son nouveau chef semble l’adorer et est très gentil avec lui. Niveau boulot, c’est moins la panacée. Son nouvel uniforme fait que tout le monde se moque de lui. Ses dons lui permettent néanmoins de boucler certaines affaires qui sont énormes pour sa nouvelle juridiction. Tout n’est pourtant pas rose. Sa fille Olive a été enlevée mais sans les ressources de la R.A.S. la retrouver est bien plus dur.

La jeune Olive est en fait dans les mains de son ancien mentor Mason Savoy. Ce dernier veut la former pour l’aider dans sa mission. Caesar Valenzano est bien sûr au courant vu qu’il travaille toujours avec Mason. Grâce à l’aide D’Olive, Valenzano parvient à résoudre une de ses enquêtes officielles. Dès lors, la jeune fille est libérée car elle accepte d’être formée.

C’est alors Tony qui disparait. Enlevé lui aussi mais pour d’autres raisons. C’est Dan Franks, un ex d’Amelia. Il n’a pas réussi à se remettre de sa rupture. Jusqu’au moment ou il s’est remis à penser à sa première obsession, écrire un livre sur les anecdotes sexuelles des anciens joueurs de baseball. Et qui mieux que Tony, un cybopathe reconnu, pour l’aider.

John Colby tente de faire du mieux qu’il peut pour s’intégrer dans sa nouvelle affectation mais il n’y parvient pas même lorsqu’il réussit à résoudre de bonnes affaires, rien ne va. Il fait alors ce qu’il avait fait avec Applebee afin d’être mieux traité voire d’amener avec lui Tony.
Olive est sur sa première mission, traquer un homme capable de faire en sorte que n’importe laquelle de ces sculpture en chocolat ait les mêmes fonctionnalités que l’original. La mission n’est pas loin de tourner au drame mais finalement, ils s’en sortent bien. Savoy en profite pour révéler à Olive la profondeur des pouvoirs de son père et donc sûrement des siens.
Amelia est très inquiète de la disparition de son amoureux. Elle a fait le tour de ses amis et de sa famille mais personne ne sait où il est. Elle à une idée quand Dan qui vient de donner sa démission lui dit qu’elle se sent seule sans Tony, ce qu’il n’est pas censé savoir. Elle parvient à libérer Chu juste avant qu’il ne soit échangé après une mise en vente.

John Layman fait une pause dans l’intrigue avec un arc plus en dessous, voire même un peu ennuyeux. C’est toujours bien écrit mais l’intérêt de l’intrigue est minime et ça traine un peu trop en longueur. En revanche, le scénariste se décide à nous en dire plus sur les pouvoirs des cybopathes et montre ceux d’Olive. Il profite aussi de l’affection du coéquipier de Tony pour réintroduire Poyo.

Rob Guillory, lui, n’a pas de baisse. J’aime toujours autant le style de ce dessinateur. Ce n’est certes pas beau au sens propre du terme mais je trouve ça diablement efficace et bien dessiné. C’est expressif, ça bouge bien et le style un peu cartoon sale convient parfaitement au titre.

Mon avis : Un album en dessous des précédents. En même temps, il fallait bien souffler à un moment donné.

Publication française dans Tony Chu #05 Première Ligue aux éditions Delcourt.

Catégories