Une course contre la montre s’engage entre Batman et Jonathan Crane alias l’Epouvantail avec Catwoman comme victime collatérale. Contacté par le commissaire Gordon, Batman se rend au quartier général de la police de Gotham City pour découvrir que l’Epouvantail a laissé un message à destination du chevalier noir, un message en forme d’ultimatum. Catwoman a en effet dérobé des capsules d’anti-toxines phobiques, propriétés de l’Epouvantail et que ce dernier aimerait bien récupérer. Or, Catwoman a été manipulée par un autre ennemi, encore inconnu jusque-là et l’Epouvantail lui-même est victime de ce nouvel acteur de la scène criminelle de Gotham.

Un véritable jeu du chat et de la souris s’installe donc entre Batman, l’Epouvantail et ce nouvel antagoniste, introduit (sans brio) dans le back-up de l’épisode #05 de l’actuelle mouture de Détective Comics. Et comme le manque de brio semble caractériser la prestation de Tony Daniel sur le titre, notamment du point de vue du scénario, une nouvelle fois cet épisode se lit sans dégoût ni plaisir. Vite lu, vite oublié. Le propos de Tony Daniel comme scénariste n’est pas intéressant et est trop souvent mal amené. Les dessins sont certes plutôt réussis mais chacun sait que de bons dessins, même excellents, ne peuvent rattraper un scénario médiocre. Et malheureusement, ce dernier aspect est un peu la marque de fabrique de l’apprenti scénariste Tony Daniel.

Parution française dans Batman Saga #08.

Catégories