Barbara Gordon alias Batgirl traverse une période de doutes. Elle a toujours beaucoup de mal à réaliser qu’elle a enfin retrouvé l’usage de ses jambes et qu’elle se doit d’être digne de porter le costume de Batgirl. Psychologiquement également, Barbara ne va pas bien. Avec son père commissaire, elle a l’impression de se retrouver en porte à faux dans le cadre de sa carrière de justicière et comme pour ne rien arranger, sa mère, qui a abandonné le domicile familial il y a des années est réapparue dans la vie de l’héroïne. Batgirl espère trouver du réconfort auprès de sa vieille amie Black Canary qui pense que Barbara entretient une culpabilité vaine et inutile quant à sa carrière de justicier et quant à son rôle de fille.

Mais Barbara n’a guère le temps de s’appesantir sur son sort, un nouveau vilain du nom de Grotesque est apparu en ville et commet avec un plaisir sadique vols et assassinats. Lors d’une course-poursuite avec l’un des hommes de main de Grotesque, Batgirl est choquée et stupéfaite de découvrir que cet homme, Danny Weaver dit la Fouine était autrefois l’un des porte-flingues du Joker lorsque ce dernier s’en prit violemment à elle, lui causant sa paralysie. Troublée par sa découverte, Batgirl est tiraillée entre le modèle de justice inculqué par Batman et le sens de la vengeance qu’elle souhaite assouvir sur Grotesque et ses hommes. Laissant libre cours à toute sa violence, Batgirl parvient finalement à arrêter Grotesque, mais ce qu’elle devient à ce moment-là ne lui plaît pas. Seules les dernières paroles de Danny Weaver qui lui apprend que c’est lui qui alerta la police à l’époque des faits évoqués précédemment lui apportent un certain réconfort.

Toutefois, derrière le masque de Batgirl, Barbara Gordon a elle aussi ses démons et certains pourraient bien ressurgir. Surtout lorsque sa mère révèle à Barbara la raison de son départ du domicile familial : la peur de son fils, du frère de Barbara, James Jr. qui par ailleurs est lui aussi de retour à Gotham et vient tout juste de faire la connaissance d’Alysia, la nouvelle colocataire de Barbara ! Autrement dit, nouveaux ennuis à venir pour Barbara Gordon/Batgirl !

Si les premiers épisodes de la série, sans être spectaculaires étaient néanmoins plaisants à lire, ces deux nouveaux numéros sont par contre bien plus faibles. La partie artistique reste globalement de qualité grâce à Ardian Syaf, Alitha Martinez et Vicente Fuentes mais c’est davantage au niveau du scénario que cela pêche. Sous la plume de Gail Simone, l’héroïne ne cesse de s’apitoyer sur son sort. Chaque planche transpire le pathos le plus abject et le nouveau vilain présenté ici porte extrêmement bien son nom. Il n’est pas seulement grotesque, il est aussi et surtout particulièrement ridicule ! Un vilain en costard, avec nœud papillon, masque de démon et qui est pieds nus, le sommet de la honte est atteint ! Avec un tel vilain, difficile de rendre et le personnage principal et la série crédibles. Il va sérieusement falloir que la scénariste rectifie tout cela et redresse la barre dans les prochains épisodes.

Parution française dans Batman Saga #07 et #08 aux éditions Urban.