Après Bucky, c’est au tour d’Œil de Faucon de partager l’affiche de la série Captain America & le temps de quatre épisodes.

Dans les montagnes de San Andres au Nouveau Mexique, une équipe d’écologistes et leurs familles ont mystérieusement disparu. Cap et Œil de Faucon se rendent sur place afin d’enquêter, et après une première échauffourée avec des agents de sécurité de la société Archstone, une espèce de milice privée, les deux héros font la connaissance de Kashmir Vennema, directrice des opérations du centre de recherche Damoclès. Celle-ci leur fait découvrir les actuelles recherches du centre Damoclès, un centre comparable à celui du Projet Pegasus et leur apprend également que depuis quelques semaines, le centre est régulièrement attaqué. Plusieurs scientifiques ont été agressés et enlevés par de curieuses créatures, mélanges de symbiotes et de reptiles. Captain America et Œil de Faucon décident d’enquêter plus avant et s’engouffrent au fond de tunnels souverains.

Au fur et à mesure de leur avancée, ils sont confrontés à des espèces de dinosaures mutés et finissent par rencontrer Stegron qui semblerait être le responsable de la situation de chaos actuelle. Le but de Stegron est simple : ressusciter une race de sauriens disparus en enlevant et en faisant muter les être humains. Or, les choses vont de mal en pis lorsque Cap lui-même se transforme en dinosaure, ce qui oui, est parfaitement ridicule… Œil de Faucon arrive certes à la rescousse de son camarade mais la Reine des reptiles se réveille et décide d’assiéger le centre de recherches. Les héros ne savent plus où donner de la tête mais finalement, ils parviennent à s’en sortir. Et en guise de conclusion, il n’est pas très étonnant pour le lecteur de découvrir que la distribution des rôles est plus complexe que ne le laissait supposer les événements, Stegron et Kashmir Vennema n’étant pas nécessairement les victimes et les coupables qu’on pensait.

C’est Cullen Bunn qui signe le triste scénario de cette inintéressante histoire qui court tout de même sur quatre numéros. Au dessin, l’artiste italien Alessandro Vitti fait bien ce qu’il peut. Las, cela ne suffit pas pour sauver ces quatre numéros du naufrage. Une histoire bête et méchante et sans grand intérêt. Passez votre chemin !

Parution française dans Avengers (Vol.3) #02-05 aux éditions Panini Comics.

Catégories