Personnage central de l’univers Marvel, Tony Stark/Iron Man voit son actuelle série régulière être elle aussi réquisitionnée pour servir de récit annexe à l’événement Marvel Fear Itself.

Les auteurs réguliers, soit Matt Fraction au scénario, par ailleurs justement maître d’œuvre et maître à penser de Fear Itself et le dessinateur espagnol Salvador Larroca restent fidèles au titre et poursuivent même en un sens les intrigues lancées dans les précédents épisodes de la série, tout en conjuguant leurs efforts aux intrigues secondaires de la mini-série Fear Itself principale, s’attachant plus principalement à suivre le destin de Tony Stark durant l’événement, ainsi que l’un des avatars du Serpent, Mokk, briseur de foi qui cause ravages sur ravages dans la capitale française, un aspect à peine aperçu dans les pages de la mini-série principale.

Avec la libération du Serpent, sept objets mystiques surpuissants, sept marteaux convergent vers la Terre. L’un deux atterrit à Paris et transforme le vilain d’origine française qu’est la Gargouille Grise en héraut du dieu de la peur et devient Mokk, le briseur de foi, une terrifiante créature mystique, armée d’un puissant marteau divin et qui conserve en outre les pouvoirs de pétrification de la Gargouille Grise.

A la toute fin de l’épisode #503 pourtant orné d’une bannière Fear Itself alors qu’en définitive une seule case de l’épisode est concernée par l’event, Tony Stark et ses alliés voient le ciel de Broxton s’enflammer à la suite de l’assaut de Sin et de l’ascension du Serpent. Mais les menaces ne manquent pas et voilà qu’Iron Man file à Paris pour tenter de défendre la capitale parisienne des assauts de Mokk. Las, une bonne partie de la ville et de sa population ont déjà été pétrifiés par la Gargouille Grise/Mokk et l’affrontement titanesque qui suit entre Iron Man et le héraut du Serpent tourne rapidement au désavantage du héros en armure. La bataille semble tourner court mais Iron Man voit un allié inespéré rejoindre le combat, son ancien adversaire, Detroit Steel, vu et introduit dans les épisodes précédents de la série Invincible Iron Man. Malheureusement, l’aide de Detroit Steel n’offre qu’un court répit à Stark qui in extremis parvient à s’enfuir du champ de bataille.

Quittant la zone de guerre afin de réparer ses répulseurs endommagés durant l’affrontement et de recalibrer les circuits de son armure, Tony Stark sent néanmoins que la bataille n’est pas prête de tourner à son avantage, l’industriel de génie doute de plus en plus de lui et comme vu dans la mini-série Fear Itself principale, il implore Odin, le père des dieux asgardiens offrant sa sobriété et son honneur en sacrifice à l’immortel nordique. Ce dernier répond à l’appel de Stark qui a besoin des connaissances et des pouvoirs mystiques d’Asgard pour concevoir et forger des armes susceptibles de vaincre Sin, le Serpent et ses différents avatars. Mais avant d’y parvenir, encore faudra-t-il convaincre Odin mais surtout les nains forgerons du royaume d’Asgard de travailler sous les ordres de Stark, ce qui ne sera pas forcément une mince affaire, surtout connaissant les caractères peu ordinaires et les personnalités portés sur la bouteille et au juron facile des nains de Svartalfheim.

Cependant à Paris, la carnage laissé dans son sillage par Mokk continue d’inquiéter la population mondiale et Pepper Potts n’a plus le choix, elle doit aller à Paris avec l’armure de Rescousse et essayer de contenir la menace posée par le héraut du Serpent le plus longtemps possible. Prise entre les assauts de Mokk et l’intervention de Justine Hammer et de ses hommes, dans des armures similaires à celle de Detroit Steel, la pauvre Pepper/Rescousse se retrouve elle aussi dans une situation fort peu enviable. D’autant que dans le même temps, Tony Stark ne profite pas vraiment de son temps libre pour faire du tourisme à Asgard. En effet, certains fidèles du Serpent, se servant d’un extrait d’ADN de Stark ont reproduit une horrible créature, sorte de golem de lave et de boue en fusion pour empêcher le génial concepteur de mettre un point final aux armes qu’il est en train d’élaborer. Heureusement toutefois que les nains et Splitlip en particulier veillent au grain !

Pepper Potts quant à elle est sur le point de succomber sous les coups de Mokk. Seul un arrêt du destin parvient à la sauver lorsque le Serpent convoque tous ses derniers hérauts pour le combat final sur le point de se livrer dans le ciel de Broxton, Oklahoma. Un répit de courte durée et qui tombe à point nommé, Stark et les nains mettant un terme à leurs œuvres de guerre. Ainsi, tandis que Thor endosse son armure divine, Tony Stark étrenne lui également sa nouvelle armure trempée dans le mysticisme asgardien (avec d’ailleurs des relents de l’armure du Destructeur) et ensemble, les deux héros retournent sur Terre rejoindre leurs compagnons, Œil de Faucon, le Docteur Strange, Spider-Woman, Iron Fist, Spider-Man et Ms. Marvel, munis de leurs nouvelles armes et prêts à livrer l’ultime combat face au Serpent et à ses hordes déchaînées. Un affrontement narré dans le septième et dernier épisode de la mini-série principale dédiée à Fear Itself.

Ainsi, durant plus de six épisodes, la série Invincible Iron Mans’est elle aussi prêtée au jeu du tie-in à Fear Itself, enrichissant de manière notable de nombreuses scènes à peine évoquées, voire des ellipses complètes telles que présentées dans la mini-série principale de Fraction et Larroca. Qu’il s’agisse des œuvres et ravages de Mokk à Paris, de l’implication de Rescousse dans le combat, des conditions de conception des armes en Asgard et surtout du rôle global de Stark durant Fear Itself, ces différents épisodes apportent tout de même un certain nombre d’éléments supplémentaires même si l’on néanmoins regretter l’aspect extrêmement décompressé de la narration de Matt Fraction. Mais ici également, Fraction développe en parallèle les éléments liés à Fear Itself tout en n’omettant pas de poursuivre certaines des intrigues supplémentaires de la série dédiée à Tony Stark : Detroit Steel, Justine Hammer, Stark Resistance. Le bilan final est donc globalement positif et gageons que Matt Fraction va continuer sur cette lancée, en particulier en rajoutant un élément absolument déterminant du mythe Iron Man/Tony Stark qui a précisément refait surface à l’occasion de Fear Itself, soit l’alcoolisme de son principal protagoniste qui rappelons-le vient de mettre fin à des années de sobriété. Il n’est donc pas certain que le ciel s’éclaircisse grandement pour Tony Stark au lendemain de Fear Itself.

Parution française dans Marvel Icons (Vol.2) #11-16 et dans Invincible Iron Man (Marvel Deluxe) #04.

Catégories