Un peu à la manière des bonus qu’on peut trouver sur les éditions DVD de films, ce numéro spécial des histoires secrètes liées à Blackest Night permet de prolonger le plaisir ressenti à la lecture de l’événement DC signé Geoff Johns et Ivan Reis et de découvrir certains passages ou moments demeurés inédits lors de la parution originelle.

Ainsi, quelques planches initialement prévues pour apparaître dans les pages dans la mini-série principale Blackest Night et passées à l’as trouvent ici une seconde vie et permettent surtout une nouvelle fois d’apprécier l’incroyable talent d’Ivan Reis.

Mais l’essentiel de cet épisode spécial tourne autour du personnage de Lyssa Drak, ancienne membre du Sinestro Corps piégée dans le livre noir et qui nous révèle certains passages inconnus de l’histoire de Blackest Night. C’est l’occasion d’avoir un focus particulier sur Buddy Baker alias Animal Man dans un court récit écrit par Adam Schlagman et illustré par Jason Fabok, au style extrêmement proche de celui de David Finch. Animal Man joue en effet un rôle primordial quoique méconnu au cours de Blackest Night, luttant de tout son courage face aux hordes de Black Lantern de Nekron et communiant également, tout comme les autres héros, avec la lumière blanche, faisant par conséquent d’Animal Man un White Lantern digne et héroïque.

Donna Troy, pourtant déjà sur le devant au cours de la mini-série Blackest Night : Titans est ici aussi mise à l’honneur aux côtés de ses camarades des Titans dans une courte histoire signée J.T. Krul et Ed Benes, complément idéal à la mini-série mentionnée plus haut.

Mais Untold Tales Of Blackest Night braque aussi les projecteurs sur des personnages en apparence moins sympathiques que Donna Troy ou Animal Man. C’est le cas par exemple de Jonathan Crane, alias l’Epouvantail, qui au cours des événements de Blackest Night rejoint les rangs du Sinestro Corps. Le récit signé Jeremy Love et dessiné par Brett Booth (enfin de retour sur la scène super-héroïque après de longues années d’absence, on se souvient en particulier de ses très bons épisodes de Backlash, de Kindred ou de Wildcore chez Wildstorm à la fin des années 1990 et au début des années 2000, en parfait émule de Jim Lee qu’il était et qu’il demeure d’ailleurs toujours aujourd’hui) permet ainsi de faire plus ample connaissance avec ce vilain classique de Batman, obsédé par le fait d’instiller la peur chez ses semblables, mais qui en réalité est terrifié comme personne en présence de sa nemesis qu’est le protecteur de Gotham City.

Enfin, un dernier récit, écrit et dessiné par le toujours impeccable Ethan Van Sciver s’intéresse également aux membres du Sinestro Corps qui mènent une lutte farouche face aux Black Lantern sur la planète Korugar.

Untold Tales Of Blackest Night contient donc quelques historiettes appropriées et qui forment de parfaits compléments à la mini-série principale. Ces récits sont tous de qualité et en prime, les dernières pages de cet épisode, également consacrées à Lyssa Drak nous révèlent de quelle manière elle est sauvée par un curieux personnage, visiblement connu et extrêmement puissant, et qui semble avoir un rôle déterminant à jouer dans l’univers de Green Lantern post Blackest Night.

Catégories