Contient les épisodes Suicide Squad #67, Secret Six #17-18.

Les bagues noires permettent à la prophétie de se réaliser, les morts choisis par ces anneaux se lèvent pour servir un maître qui reste pour le moment caché. Dans le Hall de Justice du QG de la JLA se trouve une morgue où tous les corps des super-vilains décédés sont entreposés. Ils reviennent tous à la vie, en pâle copie d’eux-mêmes avec des souvenirs mais pas avec leur âme, même si pour certains, la vengeance est une motivation plus que suffisante. C’est le cas pour le Violoniste qui veut se venger de celui qui l’a tué, Deadshot.

Ailleurs, Amanda Waller, chef du Suicide Squad reçoit de mauvaises nouvelles. la mission de son équipe a échoué à cause de leur nouveau sniper qui est moins bon que Lawton. Elle se doit d’agir si elle veut récupérer son meilleur sniper même si depuis qu’elle l’a envoyé avec d’autres criminels sur une planète alien, il ne lui fait plus du tout confiance (cf JLA : Salvation Run).

Au château des Secret Six, Bane interroge comme un père très inquiet la nouvelle petite amie de Scandal. Ragdoll tente de calmer le ténébreux adversaire de Batman mais sans succès. Savage arrive et « sauve » sa copine. Deadshot, Catman et Black Alice arrivent et embarquent Bane et Ragdoll pour une nouvelle mission. Ils doivent libérer un baron de la drogue d’une prison de très haute surveillance, Belle Reve, qui est sous la direction d’Amanda Waller.
L’intrusion se passe bien, trop bien, pour Floyd qui commence à avoir des doutes et à juste titre vu qu’elle se trouve devant leur QG pour le fermer pour de bon et s’occuper de Scandal rest&e seule.
A Belle Reve, le Suicide Squad se décide enfin à entrer en scène, chacun trouvant rapidement un adversaire à sa hauteur.

L’arrivée du Violoniste va tout compliquer, surtout que dans son sillage, il emmène des bagues noires, qui ressuscitent les membres morts du Squad. Les Black Lantern font un carnage dans la prison tuant prisonniers et gardes. L’endroit est de plus en plus ravagé et seul les forces conjointes du Squad et des Six pourront peut-être venir à bout des morts-vivants.

Gail Simone orchestre avec intelligence son tie-in de Blackest Night. D’abord, elle doit composer avec un numéro d’une série qui n’existe plus (Suicide Squad) et au lieu d’en faire un épisode un peu bizarre vu que la plupart des membres sont encore vivants, elle décide de s’en servir pour lancer un crossover avec l’équipe de Waller.
L’idée est intelligente, le scénario est léger et laisse une part plus qu’importante à l’action. Il n’y a quasiment que de la baston pendant trois épisode. Le point fort, ce sont les interactions entre les personnages qui évoluent par petites touches comme toujours. La scénariste sait utiliser les voix-off et s’en sert avec intelligence pour mettre certains en avant. Certaines évolutions sont assez drôles comme voir Bane prendre le rôle du père de Scandal, le nombre de personnes qui en veulent à Deadshot (très travaillé par la scénariste) que ce soit par jalousie de ce qu’il est, envie, ou simplement haine. Il y a pourtant quelques petits bémol comme l’affrontement entre Bronze Tiger et Catman qui était très prometteur et est réglé un peu trop vite.
Les dialogues sont savoureux et le cliffangher de fin est une surprise même si on pouvait s’en douter un peu si on y réfléchissait.

Niveau dessin, c’est Jim Calafiore qui s’en occupe avec le talent que je lui connais. Peu semblent apprécier son trait, moi si ! Je le trouve agréable. Les planches sont dynamiques, les personnages bien caractérisés, c’est plein d’arrières-plans. Bref, c’est visuellement très agréable.

Si vous voulez lire cette histoire en pensant en savoir plus sur Blackest Night, je vous conseille de lire autre chose. C’est un très mauvais tie-in si on se place du côté du crossover. Par contre, il est très bon comme arc de la série Secret Six et si on se soucie peu du crossover. Pas de coupure, Gail Simone reste dans ses histoires et c’est tant mieux !

Catégories