Située quelques temps après les événements de Civil War, la mini-série Fusion fait se croiser les principaux héros Top Cow ainsi que les Vengeurs et les Thunderbolts de la Maison des Idées.

Il n’est jamais simple d’organiser ce type de rencontre entre super-héros, surtout lorsqu’il y a autant de personnages et que ces derniers n’appartiennent pas nécessairement au même univers éditorial. Mais ce coup-ci, Marvel, Top Cow et les scénaristes de cette aventure, Dan Abnett et Andy Lanning ont décidé de faire simple : tous ces héros occupent le même univers partagé. Plusieurs références au sein même de Fusion permettent d’établir ce rapprochement, avec une allusion à une précédente rencontre entre Wolverine et Ripclaw ou bien en évoquant à mots couverts les événements du crossover « Le règne du démon ».

Ainsi, alors que la guerre civile entre super-héros vient tout juste de s’achever et que nous entrons dans l’ère de l’Initiative, l’équipe des Thunderbolts fait ce pour quoi elle est payée, c’est-à-dire appréhender les surhumains non enregistrés. Après une rapide confrontation, l’équipe de Norman Osborn capture un Ripclaw particulièrement sauvage et l’emmène dans leur base du Colorade. Or peu avant cet événement, les Vengeurs de Tony Stark (soit la composition de l’équipe selon la série Mighty Avengers) avaient déjà rencontré Ripclaw. Ce dernier faisant partie de l’équipe Cyberforce, forcément les héros de l’équipe phare de Top Cow ne sont guère loin. Et comme le veut la sacro sainte règle tacite qui régente ce type de rencontre, tout ce beau monde commence par se taper dessus avant de discuter et d’essayer de comprendre.

Le traitement de l’intrigue et de l’action est très léger et ces trois épisodes sont lus en très peu de temps. Finalement, il s’avère qu’une partie du symbiote extraterrestre de Venom a muté pour prendre les traits d’un Ripclaw enragé. Le combat final réunit les Vengeurs, les Thunderbolts, Cyberforce et Ellis de la série Hunter-Killer (lui aussi retenu prisonnier dans la base des Thunderbolts) au cœur de la montagne des Thunderbolts qui affrontent un gigantesque symbiote. Et si les héros parviennent évidemment à triompher, Norman Osborn n’est pas le dernier perdant de l’affaire, conservant une partie de l’hybride extraterrestre, mélange du symbiote de Venom et du technoderme d’Ellis, et traitant déjà de la suite des événements avec Morningstar, une autre figure connue de la série Hunter-Killer.

Cette histoire fait partie de ce que j’appelle mes petits plaisirs coupables. En effet, malgré ma sympathie pour les scénaristes, tout cela reste très superficiel et n’est que le prétexte à une rencontre entre tous ces personnages dessinés par Tyler Kirkham dont j’aime le style mais qui finalement ne fait que reproduire en moins élégant toutefois le plus pur style Top Cow, en somme directement cloné de Marc Silvestri.

Reconnaissons cependant les efforts consentis par les deux scénaristes pour réussir à donner une certaine cohérence à cette histoire en faisant cohabiter les héros Top Cow dans l’univers Marvel, ce qui n’était pas évident au départ. Ainsi, alors que l’Initiative établit sa loi aux Etats-Unis, les membres de Cyberforce ne sont toujours pas officiellement recensés. Nul doute qu’un jour prochain, Norman Osborn lancera à leurs trousses l’équipe des Thunderbolts. Mais cette histoire-là, il reste encore à l’écrire.

Parution française dans Marvel Universe Hors Série #6 aux éditions Panini Comics.

Catégories