Dans un futur, Nathan Kane est un inspecteur des Nations Unies. Il est spécialiste en désarmement et il a une immunité complète. Il quitte la Terre pour un long voyage. Première étape sur une station orbitale puis direction Mars. Alors qu’il se rend à un certain point sur Mars, il se fait agresser par ce qui semble être des ouvriers. Kane est paré à tout et s’en sort sans problème, seulement qui lui en veut à ce point alors qu’il ne sait pas encore quelle est sa mission. Il finit sans encombres le reste de son voyage vers Jupiter, plus précisément sur une petite station orbitale en base au dessus d’une planète du nom d’Europe. Accueilli par une poignée de personnes, Nathan est tout de suite mis dans le bain. Europe est une planète lac. Pendant longtemps, les scientifiques ont scanné les profondeurs sans rien trouver jusqu’à maintenant. Ils ont fini par découvrir une race alien et des armes énormes. Kane est là pour enquêter et empêcher les armes mises en route par une autre station appartenant à la Doors Corporation de faire feu. Mais la tache va s’avérer des plus dures et les révélations sur l’existence des terriens vont changer.

Ocean est une mini de Warren Ellis lors de son passage chez Wildstorm. Ce fut l’une des meilleurs périodes pour le scénariste qui y écrit bon nombre de ses succès dont Authority et Planetary. C’était aussi un endroit où il a pu expérimenter un peu plus, ce fut le cas pour des récits comme Two Step et Global Frequency. Ocean ne fait pas exception à la règle. Le scénariste se décide à faire un enquête dans l’espace en huis clôs le tout teinté d’exploration archéologique.
Son héros principal est loin d’être celui qu’il a souvent décrit. Ce n’est pas un fumeur, gueulard punk et porté sur la gâchette. Non, on dirait plutôt Jackson King l’ancien Weatherman de Stormwatch. Il sait être physique s’il le faut mais préfère enquêter et dialoguer autant que possible. Malgré le court format, le scénariste travaille ses personnages secondaires leur donnant un minimum de profondeur.
En quelques planches, Warren à su créer une ambiance oppressante et un peu aseptisée faisant sûrement références à celle de films comme 2001 et plus particulièrement Alien. Le scénariste ne date pas son histoire évitant ainsi le côté obsolète, qui pourrait suivre, mais avec de petites lignes de dialogues montre bien que l’on est dans un futur proche mais pas tant que ça (le fait que certains s’extasient sur un livre le montre particulièrement).
Bien sur, le côté action est comme toujours présent à petites doses mais bien géré permettant d’avoir un titre qui bouge bien mais qui ne met pas que ça en avant.
Enfin, pour finir, on retrouve quelques dadas de l’auteur comme l’exploration, la découverte de civilisations, les aliens, le futur, le côté corporation dominant et faisant le mal et l’espace bien évidemment.

Chris Sprouse est le dessinateur de cette mini, l’artiste à déjà travaillé pour Wildstorm puisqu’il présidait le graphisme de Tom Strong, une série d’Alan Moore pour la défunte ligne ABC Comics. Le trait simple et épuré permet de très jolies planches très détaillées. Les personnages sont très expressifs et le cadrage est très sympa et dynamique contrastant énormément avec la mise en page très cinématographique (trop à mon goût) qui aurait pu rendre le tout très mou.

Mon avis : pas la meilleure série écrite par Ellis mais c’est en tout cas très agréable à lire et c’est un bon moment passé et un comics à offrir pour quelqu’un qui n’en a jamais lu et qui est fan de SF.

Publication française dans Ocean aux éditions Panini Comics.

Catégories