Désormais, plus rien ne sera jamais plus comme auparavant…

Au moment de Civil War, la communauté des héros Marvel s’était scindée en deux groupes : le premier, mené par Iron Man militait en faveur de la loi de recensement des super humains tandis que le second avec Captain America à sa tête était tout au contraire farouchement opposé à cette loi jugée inique, sans fondement et en contradiction totale avec les idéaux de l’Amérique tels que Steve Rogers se les représente. A l’issue du conflit, Captain America se rendait aux autorités avec le sentiment que cette guerre civile était déjà allée beaucoup trop loin, que trop de sang avait coulé et que si cet affrontement se poursuivait encore longtemps, le point de non retour serait définitivement franchi.

L’épisode #25 anniversaire de la série Captain America s’inscrit donc dans la parfaite continuité des événements de Civil War et s’ouvre sur les marches du palais de justice au sein duquel va se tenir le procès de Captain America. Le peuple américain est toujours partagé quant à l’action de Captain America durant la guerre civile. Certains le soutiennent contre vents et marées tandis que d’autres voient en lui un traître à la nation américaine. Le scénariste Ed Brubaker a patiemment disposé tous ses pions sur l’échiquier, et comme nous le découvrions dans les précédents épisodes, Crâne Rouge est désormais prêt à frapper, son plan machiavélique est achevé et rôdé dans ses moindres détails.

Ainsi, au moment où Steve Rogers monte les marches du palais de justice, un sniper tire sur Captain America et les hommes du Shield. La panique s’empare de la foule mais il est trop tard : Captain America/Steve Rogers vient d’être abattu en direct devant les caméras du monde entier et son corps gît sur les marches du tribunal. La vie l’abandonne peu à peu.

Les fidèles camarades de Cap, à savoir Sharon Carter, Bucky Barnes et le Faucon, foncent immédiatement à la poursuite du tireur présumé, en l’occurrence Crossbones, rapidement maîtrise par un Bucky dont la douleur de perdre un ami est équivalente à la colère qu’il déchaîne sur le bras droit de Crâne Rouge. Dans le même temps, Sharon Carter accompagne Steve Rogers à l’hôpital. Il reste peut-être une ultime chance de le sauver mais c’est maintenant que le véritable plan de Crâne Rouge se révèle et s’habille de toute sa cruauté. Sous le costume d’une infirmière se cache Synthia Schmidt, Sin, la propre fille du Crâne qui en une seule parole a tôt fait de rappeler à Sharon Carter ce qu’elle préférerait sans nul doute oublier. Le travail de conditionnement psychique du Docteur Faustus a parfaitement fonctionné. Et ce n’est pas Crossbones le sniper qui a abattu Steve Rogers, mais bel et bien Sharon Carter contrôlée par Faustus ! L’épisode #25 s’achève ainsi avec cette stupéfiante révélation et ce alors même que Steve Rogers rend son dernier souffle. Pour paraphraser le titre de ce nouvel arc d’Ed Brubaker, Steve Epting et Mike Perkins, le rêve est mort. Mais la série atteint des sommets de qualité proprement extraordinaires qui font de ce run un véritable must-have. Absolument incontournable.

Les épisodes suivants de cette arche narrative explorent les conséquences de la disparition de Cap au travers des points de vue des principaux personnages qui gravitent autour de la série depuis son relaunch par Brubaker. Sharon Carter sombre peu à peu dans une grave dépression, Bucky Barnes est hanté par la vision de la mort de son ami et son impuissance à le sauver et accuse Tony Stark/Iron Man d’être indirectement responsable de la mort de Cap depuis que les événements de Civil War ont à ce point dérapé. Le Faucon quant à lui retrouve les anciens camarades de Cap au sein des Nouveaux Vengeurs et organisent peur propre veillée funéraire afin de rendre hommage à leur ami et chef disparu.

Sharon Carter reste sous l’emprise mentale de Faustus. Avec l’aide du Faucon, elle espère bien s’en libérer. Bucky quant à lui retrouve une autre vieille amie en la personne de la Veuve Noire. Tous, ils espèrent faire perdurer le rêve défendu par Captain America mais aussi et surtout mettre la main sur son assassin et empêcher leurs plans de s’étendre encore davantage à la face des Etats-Unis et du monde. Car en effet, Arnim Zola, Faustus et Crâne Rouge continuent de comploter, d’explorer de nouveaux domaines interdits, en particulier tout ce qui relève de la science temporelle, sujet qui semble fasciner le Crâne depuis déjà un petit moment…

Sin rassemble un nouvel Escadron du Serpent avec notamment Vipère, l’Anguille et Cobra et ensemble, ils ambitionnent de faire échapper Crossbones retenu prisonnier par les forces du Shield.

A partir de là, les événements s’enchaînent et s’accélèrent. Bucky retrouve le Général Lukin qu’il tient toujours pour responsable de tout les drames de ces derniers mois. C’est alors que débarquent Sin et Crossbones. Bucky apprend que Crâne Rouge survit toujours par l’intermédiaire de Lukin et l’ancien partenaire de Cap est fait prisonnier. Faustus envisage de le conditionner mentalement exactement comme avec Sharon Carter qui elle bascule de plus en plus sous le contrôle de Faustus ouvrant ainsi le feu sur le Faucon et la Veuve Noire et les laissant pour morts, ceci alors même qu’elle vient d’apprendre qu’elle était enceinte de Steve Rogers !

Mon avis : Même si Steve Rogers n’est plus présent dans la série, son ombre plane plus que jamais sur le titre, en particulier avec le testament de Rogers en possession de Tony Stark. Steve Rogers avait en effet laissé des instructions très précises dans le cas où il serait amené à disparaître. Et même si le rêve incarné par Rogers est mort, il faudra que le rêve perdure, d’une manière ou d’une autre. Or, son « héritier » légitime étant retenu captif par Crâne Rouge et les siens, les choses pourraient bien aller de Charybde en Scylla, si tant est que cela soit encore possible…

Parution française dans Marvel Icons #30, #33, #35 et #37-39 aux éditions Panini Comics.

Catégories