Cet épisode est à la fois un prolongement et un épilogue à la mini-série de Tony Daniel Batman : Battle For The Cowl.

Bruce Wayne étant présumé mort, Nightwing apparaît comme étant son successeur et héritier légitime sous le costume de Batman. Toutefois, la tâche est lourde à assumer et Dick Grayson livre un combat intérieur. Est-il prêt à relever le flambeau ? Est-il capable de s’ériger en nouveau Chevalier Noir protecteur de Gotham City ?

Le scénariste Judd Winick nous conte le long de ces 30 pages les doutes, les angoisses et les appréhensions de celui qui fût le premier Robin. La notion d’héritage est au centre de cet épisode et ne sachant à quel saint se vouer, Dick Grayson bénéficiera des toujours sages conseils d’Alfred Pennyworth, le fidèle majordome et conscience des défenseurs de Gotham mais aussi des deux autres membres restant de la trinité DC, à savoir Superman et Wonder Woman.
Batman ne faisait jamais rien sans avoir un plan de secours, une autre alternative. Toute la question est donc de savoir quel était le plan de Batman dans le cas où il était amené à disparaître, à mourir.
Pour autant, cet épisode n’est pas que contemplatif et dédié à la réflexion personnelle de Nightwing. Comme dans tout comic-book qui se respecte, l’action est présente. L’Epouvantail ainsi que le Docteur Phosphorus tiennent donc les rôles de vilains du mois et d’une certaine façon influeront sur la future décision de Dick Grayson.
La mini-série de Tony Daniel en trois épisodes était sans doute insuffisante, d’où la publication de cet épilogue. Pourtant, cette conclusion n’apporte pas davantage d’éléments nouveaux, elle permet simplement de prolonger la réflexion du futur successeur de Batman. Le dessin est signé Ed Benes. Plutôt correct donc, mais on se lasse finalement assez vite de son style cloné sur celui de Jim Lee, en moins fin et en moins beau. Si ses dessins étaient plutôt agréables car très colorés sur ses épisodes de Justice League Of America, l’ambiance sombre de l’univers de Batman ne lui correspond pas tellement. Un sentiment de crispation émane en permanence des personnages, que ce soit au niveau du visage ou bien de l’attitude générale. Un dessin assez stéréotypé donc, et qui ne relève pas spécialement l’intérêt très relatif de cet épisode.

Parution française dans Batman Universe #2 aux éditions Panini.