Durant leur dernière mission, Knockout, la petite amie de Scandal Savage est morte pour sauver ses compagnons. Scandal n’arrive pas à s’en remettre et ce n’est pas sa soirée d’anniversaire qui va lui faire oublier son amour perdu, même si ses amis ont prévu une strip-teaseuse qui lui ressemble. Blake est lui aussi hanté par le passé, pas par la perte d’un être aimé, mais par ce qu’il a fait en Afrique. Il se confie plus ou moins à Lawton, qui ne semble pas s’en soucier plus que ça.
La prochaine mission de nos mercenaires est assez simple. Ils doivent faire évader Tarentula d’Alcatraz et la ramener à Gotham. Elle a volé un objet de grande valeur et elle seule sait où il se trouve. Durant leur périple, nos héros s’arrêteront à Las Vegas pour récupérer leur nouvelle recrue.
Catman apprend de la bouche d’Huntress qu’une prime a été mise sur leur tête et qu’ils doivent à tout prix refuser ce contrat. Afin d’en savoir plus, Blake se rend dans la ville de la chauve-souris. Les deux ennemis s’affrontent dans une sorte de joute ou aucun des deux n’en ressort vraiment vainqueur. Pour Catman, le but est de montrer à Batman qu’il s’est amélioré autant physiquement que spirituellement, mais surtout faire diversion pendant que ses compagnons font évader leur cible de l’une des prisons les plus imprenables.
Les Secret Six n’ont que peu de temps, le trajet est long, et visiblement, quelqu’un leur en veut car il charge un grand nombre de criminel de récupérer la carte détenue par Tarentula par tous les moyens et si possible en tuant nos héros.

La chasse à l’homme commence et nos héros n’arrivent pas à être soudés, chacun cherchant à savoir où se trouve la carte. Malgré tout ils finissent par arriver à Las Vegas ou ils rencontrent Jeannette, leur nouvelle alliée. Le répit est de très courte durée, de nombreux super-vilains se présentent à l’hôtel de Jeannette, nos mercenaires se sont fait empoisonner leur repas par Cheshire, un de leurs anciens membres mais ils sont sauvés par Jeannette.
Bane n’a pas été empoisonné car il a été enlevé par celui qui a fait appel à de nombreux super-vilains. Il s’agit de la sœur de Ragdoll. Notre groupe libère Bane et parvient à repartir, mais l’un d’eux va les trahir.

Après deux mini, Gail Simone se lance enfin dans une série illimitée. Pour ce lancement, elle commence par un arc bourré d’adrénaline où nos vilains sont pourchassés, en ça on se rapproche un peu de la première mini Villains United. Bien que l’action soit très présente, Gail Simone travaille par petites touches ses personnages. Le premier est Blake, sorte d’anti-Batman. Le personnage à beaucoup évolué depuis ses débuts et même s’il semble être celui qui est le plus proche du côté héroïque, il n’en reste pas moins un homme sans scrupules. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui le perturbent au début de l’arc puis sa rencontre avec le Dark Knight lui permet d’avoir une autre perspective. On y découvre aussi la sœur de Ragdoll, aussi laide et flexible que lui et on voit Bane sous un autre angle avec ce côté protecteur envers Scandal. On pourrait croire qu’il se prend pour son père. Cette dernière utilise d’ailleurs cette « faiblesse » pour lui faire reprendre du Venom, un poison qu’il n’utilisait plus car c’était une drogue trop forte pour lui. La dynamique de groupe n’est pas oubliée avec l’arrivée d’un nouveau membre et la trahison d’un autre. Avec ce retournement de situation, la scénariste rappelle sans trop insister la nature des personnages qu’elle écrit. Ce sont des super-vilains, on peut les trouver attachants, humains, drôles, mais on ne peut pas leur faire confiance.

Au dessin, Nicola Scott assure de très jolies planches, très détaillées avec une narration fluide. Les arrières-plans sont nombreux, les personnages très expressifs…

Mon avis : après une excellente mini, un très bon démarrage pour cette nouvelle série qui s’intéresse toujours à des super-vilains de seconde zone et c’est un plaisir jouissif de les voir de nouveau réunis.

Catégories