Depuis que le monde a appris l’existence des tueuses et des vampires, la vie de Buffy et de ses troupes est bien plus difficile. Avec son passage télévisuel, Harmony à réussi à faire balancer l’opinion publique en sa faveur et celle de son espèce. Les tueuses doivent maintenant faire profil bas en attendant que tout ce calme un peu. Elles n’en auront pas le loisir car les forces adverses attaquent un peu partout dans le monde les différentes cellules. Grâce à ses pouvoirs, Willow rapatrie les troupes en Ecosse mais le château QG de Summers est assiégé lui aussi. La retraite reste la seule solution. Les filles partent se cacher dans un lieu isolé et retiré du monde où se trouve Oz. Ce dernier a bien changé depuis son départ de Sunnydale. Il ne se transforme plus, il est marié et à un enfant. Il enseigne même aux autres loups-garous qui veulent bien suivre son enseignement comment se débarrasser des pulsions du loup. Après de chaleureuses retrouvailles, Buffy demande à son ami si elle ainsi que ses filles peuvent suivre le même enseignement afin de ne plus être magiques ce qui leur permettraient de se cacher plus facilement vu que Twilight et ses alliés semblent les repérer grâce à ça.

Oz accepte et commence à leur enseigner comment être plus normal. Au fur et à mesure du temps, cela marche mais l’ennemi masqué du scooby-gang a déjà eu le temps de retrouver leurs traces. Sans pouvoirs, Buffy et ses tueuses vont devoir résister à l’armée et compter pour ça sur le soutien tactique de Xander et de Dawn.

Jane Espenson est une scénariste qui ne dira pas grand-chose pour ceux qui ne connaissent pas l’univers de Buffy ou celui des séries-télé. Elle a écrit de nombreux épisodes de Buffy durant les sept saisons, quelques autres d’Angel (en dehors de ça, elle a aussi écrit pour Battlestar Gallactica, Dollhouse, Gilmore Girls, Firefly, True Calling et en ce moment pour Warehouse 13.).

Après tant d’années de collaboration avec Joss Whedon, il était donc bien normal que le créateur de Buffy lui laisse faire un arc entier de la saison huit (elle a écrit 23 épisodes de la série).Retraite est un arc assez puissant qui change énormément comparé aux derniers épisodes. Jane fait avancer l’intrigue et ça fait du bien. Tout d’abord, elle met en avant le côté guerrier de la série, ce que l’on n’avait pas vu depuis un moment et pour le coup, on est loin d’une guerre magique vu que les filles n’ont plus de pouvoirs. On parle bien ici de guerre au sens strict du terme avec des armes. Cela permet à la scénariste de faire entrer Buffy un peu plus dans le monde réel. Jusqu’à maintenant les armes, l’argent… étaient des choses un peu abstraites, maintenant, c’est devenu un peu plus concret. Bien sûr, cela reste du Buffy et on est loin d’être de plein pied dans la réalité mais un peu plus. L’intrigue n’est pas la seule à avancer, les personnages aussi. Le retour de Oz et son évolution sont très bien traités et parfaitement raccord avec ce que voulait le personnage avant de quitter la série. Buffy et Willow avancent elle aussi mais dans le côté frustrations. Les deux femmes n’ont plus de pouvoirs et sont impuissantes face à ce qui leur arrive. Bien qu’en arrière-plan, Xander et Dawn peu développés récemment trouvent en tant que seuls sans pouvoirs une place plus importante.

Le seul problème de cet arc reste que le plan et les motivations de Twilight sont très nébuleux.

Georges Janty est excellent, alternant les scènes d’actions et de dialogues. Le dessinateur continue de me ravir. Son trait rond correspond vraiment à l’univers de Buffy et il fait un Andrew superbe. A noter aussi sa régularité, ce qui est toujours un plus agréable quand on connaît le retard et la difficulté de nombreux dessinateurs à tenir la cadence.

Mon avis : un arc très agréable qui laisse présager que la série va avancer (enfin diront certains) dans son intrigue globale. Pour les nouveaux lecteurs, mieux vaut reprendre au dernier arc.