La Guerre Civile est finie, le camp pour le recensement a gagné. Tony Stark a récupéré tous les honneurs et le poste de directeur du S.H.I.E.L.D. à la place de Maria Hill. Certains de la vieille garde n’apprécient pas trop la nouvelle tournure des choses. Il faut dire que notre héros dirige l’agence d’espionnage comme l’une de ses usines. Ce qui n’est pas forcément au goût de tout le monde notamment Dugan qui veut même démissionner mais le ministre de la défense refuse. Il a besoin d’un homme de confiance à l’intérieur de l’héliporteur et depuis peu les activités extrémistes sont en pleine expansion. De plus en plus de groupuscules jusqu’alors relativement inoffensifs sont devenus des groupes très bien armés et organisés.
Lors d’une récente intervention qui a mal tourné, tête de fer a quand même pu récupérer un cadavre pour autopsie. Le terroriste possède de l’électronique lié au niveau génétique avec son hôte ce qui permet à Iron Man de trouver une piste en la personne de Karim Najeeb mais ce dernier à disparu en Chine depuis quatre mois.
Les réformes de Tony ne sont pas le seul problème de Dum Dum. Il voit que son nouveau chef ne comprend pas certaines priorités et que dans l’armée, ca ne fonctionne pas comme dans une entreprise. Quand trois hommes meurent sous le commandement de Stark, ce dernier doit être présent pour les familles, non pas en tant que donateur, mais en tant que chef, montrant aux familles que chaque soldat a bien servi son pays et la bonne cause.
En Chine, Najeeb se rend dans un hôpital psychiatrique et le visite de fond en comble pour trouver une personne assez vieille qui ne fait que méditer et qui est l’un des pires ennemis de Tony. Lorsque le terroriste finit par le rencontrer, le vieil homme tue tout le monde avant de récupérer son bien et de se le faire greffer sur sa colonne vertébrale.
A l’autre bout du monde, Stark ne voit pas comment récupérer celui qu’il pense être derrière tous les récents attentats. La Chine ne voulant pas collaborer avec le S.H.I.E.L.D., il voit bien que son second monte une opération secrète mais il ne veut pas fonctionner comme Fury. L’un de ses mentors et proche ami Sal a des doutes et ne semble pas à l’aise dans son nouvel emploi dans l’espionnage. Maya, la créatrice d’Extremis est contactée par le ministre de la défense pour continuer de travailler sur sa création. Elle refuse dans un premier temps puis suite à l’incident en Chine, quand Iron Man cède enfin pour l’opération de Dugan qui ramènera un virus sur l’héliporteur, elle change d’avis.

Les frères Knauf partent du nouveau statu quo post Civil Waret se lancent dans une intrigue d’espionnage qui a pour but de ramener l’ennemi numéro un de notre héros. Avec Stark à la tête du S.H.I.E.L.D., la série prend une toute autre tournure. Daniel et Charles exploitent avec talent leur nouvel environnement amenant de nouveaux personnages dans l’entourage du principal comme Dugan et surtout un tout nouvel univers qui semble bizarrement parfaitement coller à la série. Le mélange technologie et espionnage est très bien dosé, les scénaristes le maîtrisent parfaitement, ce qui leur permet de mettre en avant de nouvelles menaces plus réalistes et une nouvelle manière de faire. On lit la série comme si on lisait un rapport, tout semble plus où moins caché et l’action bien que présente est souvent racontée et non « montrée en direct ». On voit bien que les deux scénaristes ont envie de faire avancer leur série au fur et à mesure et non par à-coups en fonction des arcs. On retrouve par exemple le personnage de Najeeb qui était apparu dans leur premier arc.

Robert De La Torre reprend le dessin de la série. Son trait est plus sombre que Zircher et provoque une rupture bienvenue en correspondance avec le scénario. Le trait est fin et l’encrage du dessinateur est souvent meilleur que celui d’autres encreurs comme John Sibal par exemple. Le storytelling est maîtrisé, c’est dynamique et les couleurs ajoutent une ambiance sombre très agréable.

Un nouveau départ pour cette série et surtout pour les deux scénaristes qui semblent bien plus à l’aise sur le titre que lors du dernier arc.

Parution française dans Marvel Icons (Vol.1) #31-34 aux éditions Panini Comics.

Catégories