Le titre aurait pu s’appeler A la recherche du sorcier suprême, mais les mystères de la traduction sont parfois impénétrables.

Lors de World War Hulk, le Docteur Strange a fait appel à des forces mystiques très puissantes et eut grand-peine à les contenir. Depuis, il lutte pour préserver son intégrité mais le dernier assaut du syndicat de The Hood lui a fait perdre le contrôle. Certes, nos héros ont gagné grâce à l’intervention du magicien mais pour Stephen, c’est un échec dans sa tâche de sorcier suprême et il renonce donc à sa charge. Nous le retrouvons à la recherche de son futur remplaçant et pour le moment, il s’agit de Wiccan des Jeunes Vengeurs. Ils discutent, autour d’un café mais leur rencontre est interrompue par Parker Robbins ou ce qu’il en reste. Le démon qui lui a donné ses pouvoirs prend le pas sur sa personnalité et son apparence rendant le chef actuel d’une partie des vilains new-yorkais méconnaissable et surpuissant. Mais Strange n’est pas sans ressource et avec l’aide du fils de Wanda, il parvient à s’enfuir et à trouver un abri chez Bucky.

De leur côté, les Vengeurs sont toujours abasourdis par l’annonce de Norman Osborn. La confiance est revenue et ils commencent à s’organiser. Clint devient officiellement le leader du groupe et Miss Marvel, son adjointe. Tout semble aller pour le mieux sauf que tous les héros sont sans masque excepté Spider-Man. Il doit du coup choisir entre préserver son anonymat et quitter l’équipe ou dévoiler son visage. Peter hésite, mais le fait d’être un Vengeur est trop important pour lui et il finit par se démasquer (encore…). Jessica se rend alors compte que c’est un ancien camarade de classe pour qui elle avait le béguin, ce qui rend Luke Cage jaloux. C’est sur ces entrefaites qu’arrive l’ancien sorcier suprême. Il leur explique rapidement ce qui lui est arrivé et s’apprête à repartir quand ses amis lui proposent son aide.

Parker est bien mal en point et le démon qui le possède semble fort mécontent de son dernier revers de fortune. La vie n’est pas cependant toute noire pour Robbins car Madame Masque se rapproche de lui à un niveau plus que professionnel.

A la Nouvelle-Orléans, Hellstrom se dispute avec Patsy Walker, son ex-femme qui est partie en Alaska sur l’ordre de Tony et qui ne semble pas au courant que Stark n’est plus le patron du S.H.I.E.L.D. La communication est interrompue quand Hood débarque chez le fils de Satan pensant que ce dernier possède l’oeil d’Agamotto. Un violent combat s’ensuit. Nos héros, eux aussi en Louisiane se font tirer dessus par Madame Masque. L’équipe se sépare en deux. Une partie s’occupe de l’ex d’Iron-Man tandis que l’autre va aider Hellstrom. Le démon est surpuissant et seul l’arrivée du nouveau sorcier suprême va permettre d’exorciser le jeune Parker.

Bendis a comme toujours de bonnes idées. La possession de Parker, la recherche du nouveau sorcier suprême mais au final il retombe toujours dans ses travers. On retrouve encore les Vengeurs autour d’une table à manger des plats à emporter, le tout sur deux épisodes. A se demander si BMB n’est pas en manque d’inspiration… Là aussi, on retrouve encore The Hood en grand vilain. C’est le même depuis l’arc Confiance (débuté dans New Avengers # 32).
En plus de ses redites, certains personnages ne se ressemblent plus. Clint part violemment en croisade contre Norman mais ne s’occupe pas de sa femme qu’il vient juste de retrouver, Spidey ne moufte pas au sujet d’Osborn alors qu’au contraire, il ne devrait pas arrêter de l’ouvrir… Je ne parle même pas des personnages non exploités comme Spider-Woman et Oiseau Moqueur.
Brian semble d’ailleurs tellement fatigué que lorsque Peter enlève de nouveau son masque, Jessica Jones se rend compte qu’elle était folle de lui au collège. A la rigueur, pourquoi pas ? Ca tisse des liens mais ce qui est incompréhensible, c’est pourquoi ne pas l’avoir dit avant ? Il s’était démasqué avec One More Day et Jessica n’en avait pas parlé alors que là c’est une découverte (ce qui est normal vu que plus personne ne sait qu’il est Peter Parker mais quand même…). Malgré ce petit problème, la scène est bien gérée et montre Parker toujours aussi maladroit mais méchant malgré lui.

Au niveau de l’intrigue elle-même, c’est assez classique et bien fait, même si j’aurais préféré voir cette intrigue de recherche en arrière-plan, histoire de voir les interactions entre Strange et les différents candidats. C’est parfois drôle et surtout les scènes de combat sont très bien rythmées. Il en va de même pour la possession de the Hood qui devient puissante d’un numéro à l’autre sans trop de raisons.

Dernier arc de Billy Tan au dessin pour l’intrigue principale et c’est comme toujours assez agréable. Ce n’est pas le dessinateur ultime, surtout sur les visages mais je trouve l’ensemble assez plaisant notamment ses scènes d’action et j’apprécie particulièrement le look donné à Daimon Hellstrom.
On retrouve aussi Chris Bachalo pour les parties centrées sur the Hood. Le dessinateur utilise un style toujours aussi personnel parfois illisible mais toujours très surprenant et agréable.

Mon avis : un arc sympathique parce qu’il est cours mais dont les idées auraient demandé à être exploitées sur le long terme plutôt que rapidement comme ça.

Parution française dans : Marvel Icons #57-60 aux éditions Panini Comics.

Catégories