Tony Delmonto est un jeune ado, très imaginatif, issu d’une classique famille américaine idéale. Ses inspirations lui viennent de séries télévisées et des bandes dessinées d’horreur qu’il affectionne. Au travers de trois histoires, il va être le témoin de faits qu’il transformera en histoires surnaturelles.

Le graphisme particulier de Charles Burns y est sûrement pour quelque chose, mais on retrouve un peu l’ambiance lourde et pesante de Black Holedans ces trois récits indépendants (plus une première historiette qui est surtout un prologue pour présenter le personnage principal et son entourage) qui parlent de violence conjugale, de contagion (les prémices incontestables de Black Hole) et de meurtre. Des thématiques assez dures qui rendent d’autant plus intéressante la perception des faits que peut avoir le jeune Tony, un décalage entre la réalité et un fantastique qui représente des interprétations issues des fantasmes de l’adolescent.

Un autre parallèle est sous-jacent dans ces histoires, une espèce d’idéalisme américain cachant une réalité bien plus violente et sombre. L’auteur cache tout cela sous une forme d’hommage aux serials horrifiques des années 50, ce qui donne un certain esthétisme aux pages, en supplément des traits très stylés de l’artiste, qu’on reconnaît au premier coup d’œil.

Mon avis : un travail intéressant de Burns, qui montre déjà les inspirations de l’auteur, sans être redondant.

Publication française aux éditions Cornélius.

Catégories