Powers_Vol1#15FG-3 est un super groupe de héros noirs. Ils sont adorés du public, ils sauvent des vies, ils touchent de superbes royalties, et ils ont même un film sur eux. Tout va pour le mieux pour ces héros quand, lors d’un communiqué de presse, le départ de l’un des membres est annoncé. Wazz a quitté le groupe, mais sans faire de déclaration. Depuis, les deux autres membres vivent sur leur argent.
Trois mois plus tard, Wazz sort de son silence en donnant une interview exclusive où il dit tout ce qu’il a sur le coeur ou presque. Au QG des FG-3, l’autre équipier de Boogie Girl explose. Walker et Pilgrimm sont appelés sur l’enquête. Lors de son interrogatoire, Boogie Girl sous la pression pète un câble et s’enfuit en blessant Deenah. En peu de temps, le FBI se charge de l’affaire, débarquant nos deux policiers. Bien décidés à ne pas se laisser faire et à trouver le fin mot de cette histoire, ils fouillent toutes les pistes possibles, ils finissent par retrouver leur suspect qui s’enfuit de nouveau, mais Zora vient à leur aide. Le combat est violent et il ne peut en rester qu’un. Walker arrive à avoir le fin mot grâce à Wazz qui se décide à venir lui parler. Il comprend alors que cette affaire ne sera jamais vraiment résolue, sauf s’il rompt la loi du silence.

Bendis a toujours été très bon sur Powers. Il aime ses personnages et les bichonne avec de belles histoires. Super-Groupe est un tournant dans la vie de nos héros, aussi bien de Deenah qui rêve de son partenaire, que de Walker, qui est le plus touché par les épreuves mises par le scénariste, il va perdre beaucoup et il devra faire des choix difficiles.
Toujours bien amené et très bien écrit, on se prend au jeu et l’on essaie de deviner qui est le coupable. La solution finale très classique est suffisamment bien amenée et oubliée pour que l’on n’y pense plus au moment voulu. Voilà du BMB que l’on voudrait lire tous les jours sur les séries Marvel.

Une fois n’est pas coutume et ce doit bien être la première fois depuis que je chronique que je vais dire ça, mais Oeming est le maillon faible de ce volume. Son trait est moins expressif, moins régulier, et dans certains passages, les héros sont ratés. Malgré tout, le storytelling reste bien présent et efficace et cela reste très agréable à lire.

Parution française dans Powers #04 : Super-groupe aux éditions Panini.