Devi est une jeune femme totalement paumée. Artiste, elle vit en peignant des toiles et accessoirement des couvertures de bd. Mais Devi a un grave problème : elle souffre d’un délire de persécution mêlé à une crainte de ses contemporains. Aussi, elle ne sort quasiment jamais de chez elle, vivant enfermée. Devi a un projet en cours, un projet personnel : la peinture d’une poupée à l’apparence malsaine. Devi sort parfois avec Tenna, seule personne qu’elle accepte encore de voir. L’occasion pour Devi d’évoquer des souvenirs de rencontres VRAIMENT particulières.
(JPEG) Un exemple : durant son adolescence, son copain lui fait passer une soirée mortellement ennuyeuse alors qu’il ne pense qu’à une chose : coucher avec Devi ! Il a bu, ils sont seuls sur la route, et c’est l’accident. Un œil arraché, le cerveau sortant à moitié de la boîte crânienne, son petit ami persiste et ne pense qu’à une chose : tripoter Devi ! Mais un écureuil ne risque-t-il pas de lui manger le cerveau ? ( !)

Bon, oui, effectivement I Feel Sick est un comic bien barré, totalement dingue.
Son scénario est particulièrement riche, bourré de clins d’œil comiques et cyniques, désespéré. Heureusement que les touches d’humour grinçant nous font sourire pour qu’on puisse sortir la tête de l’eau, car l’héroïne, Devy, est quand même bien folle. Et vous n’avez encore rien lu…

I Feel Sick s’inscrit dans un style totalement décalé, et ne plaira pas à tout le monde. L’intrigue n’a pas réellement de fil conducteur, mais s’avère bien plus sensitif : il s’agit bien de nous faire ressentir le mal-être de Devy. Pari particulièrement bien tenu, puisque les dialogues (essentiels) font mouche.
On rit lorsque Devy croise dans une boîte un gothique se prenant pour un vampire… avant de perdre ses fausses dents ! Devy devient d’un coup plus inquiétante lorsqu’elle se parle à elle-même en dotant son tableau d’une petite voix…

Johnen Vasquez révèle son talent bien particulier avec l’écriture mais aussi le dessin de ce comic. Issu de l’industrie de l’animation, son trait épuré, anguleux, vif, intrigue dans un premier temps avant de parfaitement séduire. Ingénieux, l’artiste développe ses propres règles et codes de narration, jonglant avec de bonnes trouvailles parfaitement incorporées à l’intrigue. Les couleurs, vives, rajoutent un petit plus à l’ambiance.

Mon avis : I Feel Sick est donc totalement à part, particulièrement original. Sombre, cynique, bourré d’un humour grinçant, parfois inquiétant, toujours réussi, qui vaut assurément le déplacement.

Parution VO aux Editions SLG (Slave Labor Graphics).